L’Iran avait menacé Washington de représailles après la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué par des frappes américaines en Irak. Cinq jours après, Téhéran a lancé, aux alentours de 1 h 30 (heure locale), plus d’une dizaine de missiles balistiques contre deux bases militaires irakiennes abritant des forces de la coalition menée par les États-Unis.

Ces frappes, survenues en trois vagues, ont touché les bases d’Aïn al-Assad (ouest) et Erbil (nord), a déclaré mercredi 8 janvier le département américain de la Défense, confirmant une information de la télévision d’État iranienne.

L’agence de presse iranienne Mehr rapporte que les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République islamique en Iran, ont mené l’attaque contre la base aérienne d’Aïn al-Assad pour venger la mort du général Qassem Soleimani.

Lire la suite sur France 24