@Informateur.info- Ex-militant de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire ( UDPCI), Yves Baï, aujourd’hui,  en exil en France, estime que le président de son ex-parti, Abdallah Mabri Toikeusse, limogé le 13 mai 2020 du gouvernement ivoirien,  “récolte ce qu’il a semé”.

Dans un entretien accordé à Informateur.info via courriel, Yves Baï qui a démissionné de l’UDPCI le 19 décembre 2019, dit ” ne pas être étonné de ce qui arrive” à  son ex-leader qu’il avait “prévenu que le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara n’allait jamais le retenir comme candidat du RHDP (coalition au pouvoir) à la présidentielle du 31 octobre 2020”.

“J’avais alerté le président Mabri qu’il n’entrait pas dans le schéma politique de M. Ouattara. Et qu’il ne fallait pas qu’il s’affiche au RHDP unifié auquel j’étais opposé moi-même. M. Mabri ne m’a pas compris à l’instar de tous les militants qui le déconseillaient son engagement au RHDP.  Il a voulu jouer à l’équilibriste en croyant, naïvement aux promesses d’Alassane Ouattara. Aujourd’hui,  il récolte ce qu’il a sémé”, déclare M. Baï.

Selon lui, il était illusoire d’organiser des “primaires au RHDP unifié pour désigner le candidat à la présidentielle. Ce que n’a pas compris Mabri Toikeusse oubliant que  le RHDP unifié était tout simplement le RDR nouveau format”.

“Pour moi, je l’ai toujours soutenu et les faits me donnent raison, le RHDP unifié est une mise en scène pour faire le lit des cadres du RDR, parti d’origine du chef de l’Etat ivoirien. La preuve, Amadou Gon Coulibaly,  militant pur et dur du RDR a été imposé candidat du RHDP unifié pour 2020. Là où la démocratie moderne exige des primaires”, s’insurge Yves Baï, “maintes fois menacé pour mon antipathie avec le RHDP unifié” avant de prendre le chemin de l’exil.

Geneviève MADINA