@Informateur.info- La France a rendu un hommage national, ce mardi 14 mai 2019, à Cédric de Pierrepont et à Alain Bertoncello, les deux militaires tués dans le nord du Burkina Faso lors de la libération des otages français dans la nuit du 9 mai dernier. Au cours de la cérémonie qui s’est tenue à la place des invalides, le président Emmanuel Macron a révélé les circonstances dans lesquelles ses deux compatriotes ont trouvé la mort. «Il était difficile d’approcher le campement des ravisseurs sans se faire repérer. Mais la mission était nécessaire avant que les ravisseurs ne passent au Mali», a-t-il révélé. Et de préciser : «La mission était un succès mais nos deux soldats n’étaient plus. Pour eux rien n’était plus important que la vie des otages».

A en croire le président Français l’assaut sur le campement a été un succès, puisque les otages ont été libérés sains et saufs. «Mais l’ennemi tira au moment de leur retrait et les deux soldats tombèrent», a-t-il expliqué. Avant de déclarer que celui qui meurt au combat dans l’accomplissement de son devoir n’a pas fait qu’accomplir sa mission. «(…) Ils ont fait le choix ultime de consacrer leur vie à la France, à la liberté. (…) Ils sont mort en héros», a martelé Emmanuel Macron, pour qui la France demeurera toujours ferme dans la réplique contre le terrorisme. Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont été élevés par le président français au rang de chevalier de la légion d’honneur à titre posthume.

L’opération  de libération des otages menée dans la nuit du 9 au 10 mai dernier dans le nord du Burkina Faso a mobilisé 200 soldats, selon le chef d’Etat-major français.

Jean François Fall

Articles connexes

Leave a comment