PUBLICITE


Informateur.info- Les têtes couronnées du Grand-Centre, avec à leur tête, la Reine des Baoulé ont crié, samedi dernier à la place Jean-Paul II de Yamoussoukro, leur ras-le bol face aux récents mouvements d’humeurs des soldats et la menace qui place sur la paix sociale en Côte d’Ivoire. C’était à l’occasion d’un meeting de soutien à la paix et aux actions du président de la République, Alassane Ouattara et son allié politique Henri Konan Bédié. Ce grand rassemblement des  élus  et des cadres du parti démocratique de Côte d’Ivoire du Grand-Centre, a été organisé par son président le ministre d’Etat en charge du dialogue politique, Ahoussou Kouadio Jeannot, par ailleurs président du conseil régional du Bélier. « La Côte d’Ivoire notre pays a beaucoup souffert de la violence. La région du Grand-Centre en a terriblement souffert et continue d’en souffrir. Les récentes crises militaires ont ravivé malheureusement des moments de grandes douleurs constituant pour les paisibles populations des moments de fortes angoisses de hantises. Nous ne pouvions pas rester indifférents à cette situation qui paralyse nos régions. Bouaké veut être une capitale de paix. De grâce laissez Bouaké en paix», a martelé, au cours de ce meeting, le porte-parole de la Reine des Baoulé, nanan Assi Ettien. Au nom de la Reine des Baoulé, ce dernier a appelé les Ivoiriens à la cohésion et à l’union autour du président Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié.

Abondant dans la  même veine, la vice-présidente du PDCI, Mme Bobi Assa Emilienne a, elle-aussi, exhorté les militants à demeurer vigilants. «Par ces temps de tumultes, beaucoup de choses se disent. Certains parlent pour discréditer le PDCI, le président Bédié et son jeune frère Alassane Ouattara, président de la République. D’autres parlent parce que la vision de Bédié les empêche d’assouvir ou de réaliser leurs ambitions néfastes et revanchardes », a-t-elle indiqué. Et de poursuivre : « Les femmes du grand centre sont fatiguées de pleurer un enfant, ou un parent violemment arraché à leur affection. Elles sont fatiguées de parcourir à pieds, bébés au dos, baluchon sur la tête des dizaines de kilomètres. Les jeunes ont perdu  espoir parce qu’à chaque soubresaut, c’est le développement du pays qui est compromis».  La porte-parole des femmes et jeunes, a conclu ses propos sur la présidentielle de 2020 qu’elle estime favorable pour le PDCI-RDR en ces termes: «2020, c’est maintenant. L’émergence fait parti du programme du Président Ouattara et s’achève à la fin de son mandat en 2020. J’exhorte nos militants à l’entente et à l’union pour préparer 2020»

Armand Koffi

Correspondant régional

 

 

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment