Justin Katina Koné

@Informateur.info- La Commission électorale indépendante (CEI) a rendu publique, dimanche, la liste provisoire des candidatures retenues pour les législatives du 6 mars prochain, rejetant neuf candidatures dont celles Justin Koné Katinan et Damana Adia Pickass, proches de l’ancien président de Laurent Gbagbo, tous deux en exil au Ghana, pour “défaut de preuve de leur résidence continue en Côte d’Ivoire pendant les cinq années précédant la date des élections”.

Justin Koné Katinan, porte-parole de Laurent Gbagbo, Damana Adia Pickass, vice-président du FPI (pro-Gbagbo), déclarés inéligibles, avec sept autres candidats, à l’issue des délibérations de la CEI, ne participeront pas aux législatives du 6 mars 2021.

Sur les motifs du rejet de leur candidature, la CEI explique: “Concernant les candidatures de Messieurs Damana Adia et Katinan Koné Justin, candidats titulaires, respectivement dans les circonscriptions électorales n°043 Marcory Commune et n°045 Port-Bouët Commune, ceux-ci ont produit un certificat de résidence dans lequel il est indiqué uniquement le lieu de résidence des intéressés, sans mentionner qu’ils y résident de façon continue durant les cinq années précédant la présente élection, alors qu’ils sont notoirement reconnus comme résidant à l’étranger”.

Invités, selon la CEI, par courriers no021 et no022 en date du 27 janvier 2031, à fournir des compléments d’informations , ils ”n’ont pu ni produire les justificatifs complémentaires attestant de leur résidence continue en Côte d’Ivoire, durant les cinq années précédant les élections, ni faire la preuve de ce que leur sont applicables, les exceptions permettant de déroger à cette prescription légale”, souligne la décision de l’organe chargée des élections en Côte d’Ivoire.

Les autres candidats recalés l’ont été pour ”défaut de qualité d’électeur” (4), “défaut de qualité d’électeur de leurs suppléants” (2) et pour ”non-respect des dispositions de la loi sur la suppléance (1). Toutefois, rappelle la CEI ”tout électeur peut contester, devant le Conseil constitutionnel, la présente décision dans un délai de 8 jours à compter de la publication de la liste des candidats”.

Geneviève Madina