@Informateur.info -L’Institut Électoral pour une démocratie Durable en Afrique (EISA) et le Centre Carter ont annoncé aujourd’hui dans un point de presse la reprise de leur mission internationale d’observation en Côte d’Ivoire et le déploiement de 16 observateurs internationaux de long terme pour observer les préparatifs des élections législatives du 6 mars 2021.

La mission internationale d’observation conjointe électorale (MIOE) desdites organisations a été déployée d’août à décembre 2020 en Côte d’Ivoire pour observer l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. L’équipe centrale d’experts a repris ses activités depuis la mi-janvier 2021. Un total de vingt (20) observateurs de court terme rejoindront la mission en mars pour observer le jour de scrutin.

«Ce jour est très important pour la mission conjointe de EISA et du Centre Carter. Les observateurs sont prêts à reprendre leurs activités et à observer le processus électoral à travers les régions du pays et les 205 circonscriptions électorales établies pour ce scrutin législatif. Nous sommes désireux de renforcer notre contribution et notre accompagnement au processus démocratique ivoirien » a déclaré M. Valdiodio Ndiaye, Chef de projet, lors du point de presse animé aujourd’hui à l’hôtel Pullman d’Abidjan.

Les équipes d’observateurs de long terme sont essentiellement composée de membres de commissions électorales, d’organisations de la société civile, et d’universitaires provenant de divers pays africains et européens. Les observateurs viennent de terminer une formation de deux jours sur le processus électoral ivoirien avant d’être déployé en binôme à travers le pays. Les observateurs respectent les gestes barrières et un protocole strict incluant le port de masque tel qu’établis par la mission dans le cadre de la lutte contre la pandémie du COVID-19.

Le 8 février 2021, la Commission Électorale Indépendante (CEI) de la République de Côte d’Ivoire a accrédité la mission pour l’observation des élections législatives. Son mandat est d’observer et d’analyser l’ensemble du processus électoral afin de fournir une évaluation détaillée, impartiale et objective. La mission opère en toute indépendance et neutralité.

L’observation et l’analyse de la mission portent sur le respect de la législation nationale ainsi que des normes et obligations sous régionales, régionales et internationales en matière d’élections démocratiques, telles que définies, entre autres, dans la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, le protocole de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la démocratie et la bonne gouvernance ainsi que les Principes pour la gestion, la surveillance et l’observation des élections (PEMMO). L’EISA et le Centre Carter mènent leurs activités d’observation électorale conformément aux lignes directrices de la Déclaration de principes pour l’observation internationale des élections et du Code de conduite à l’usage des observateurs électoraux internationaux, qui a été adoptée aux Nations Unies en 2005.

Conformément à sa méthodologie de mission de longue durée, La MIOE observera toutes les étapes du processus électoral et notamment la validation des listes définitives des candidatures, la campagne électorale, les procédures de vote le jour du scrutin, la phase de compilation et centralisation des résultats, la proclamation des résultats provisoires par la CEI et l’éventuel contentieux y afférant auprès du Conseil constitutionnel.

À l’issue du scrutin, la MIOE présentera une déclaration préliminaire exposant ses conclusions préliminaires sur le processus électoral. Le rapport final de la mission, qui comprendra une évaluation détaillée du processus électoral ainsi que des recommandations destinées à proposer des améliorations pour les processus électoraux à venir, sera ensuite présenté aux autorités et autres parties prenantes nationales et internationales.

Source: MIOE