@Informateur.info- Réunir sur une même plate-forme les opérateurs économiques burkinabés vivant en Côte d’Ivoire, tel est le but du Conseil des opérateurs économiques burkinabè en Côte d’Ivoire (COEBCI). La structure a officiellement lancé ses activités, ce samedi 4 mai 2019, à l’hôtel Président de Yamoussoukro.

A cette occasion, Ouédraogo Moussa, président du COEBCI a annoncé la constitution légale de la structure qu’il dirige. «Nous avons notre récépissé», a-t-il dit en présence d’acteurs de la vie économique venus de toutes les régions de Côte d’Ivoire. Le président du COEBCI a profité de cette réunion pour appeler ses compatriotes à œuvrer pour le mieux-être des burkinabè vivant en Côte d’Ivoire ainsi que le développement de leur pays.

«Nous n’avons pas créé notre association pour faire la politique. Chacun à son bord politique. Mais, nous parlons de nous rassembler pour voir comment unir nos efforts, nos intelligences pour avoir des écoles, des cliniques, des universités, des cliniques. Nous devons épauler nos autorités. Arrêtons de nous diviser. Nous allons nous donner des conseils en tant que frère», a déclaré Ouédraogo Moussa.

Le premier responsable du COEBCI a, par ailleurs, mis en avant la force que représente la communauté burkinabè en Côte d’Ivoire non sans déplorer le manque de solidarité qui a longtemps régné au sein de la communauté.

«Avec notre nombre, nous pouvons réaliser de grandes choses. Nous sommes des gens travailleurs, disciplinés, polis. Ce que les burkinabè n’ont pas réussi jusqu’à aujourd’hui, c’est se mettre ensemble pour que leur nombre soit visible, reflète leur présence. Si nous étions organisés, on aurait pu construire quelque chose de plus représentatif pour notre honneur. Il est grand temps que nous puissions réfléchir à ces aspects qui nous manquent», a ajouté Ouédraogo Moussa qui a assuré que le COEBCI est «ouvert aux propositions pour changer la façon de réaliser le vivre ensemble».

Grande figure du monde économique, notamment dans la filière bétail-viande, Issiaka Sawadogo a également appelé à l’union des hommes d’affaires burkinabés en Côte d’Ivoire.  «Dieu est avec nous, a-t-il dit, on va réussir. Avant il n’y avait pas de communication. Aujourd’hui, c’est le temps de se parler Oublions la jalousie, la haine. Arrêtons de nous critiquer, d’être méchants entre nous. Donnons-nous tous les idées. Nous sommes là pour vous parler de votre association et recueillir vos conseils aussi. Il est l’heure de nous lever pour notre patrie».

Pour sa part, Souleymane Zebret voit en cette association une force qui peut agir au plus haut niveau dans la vie économique du Burkina Faso. «Si nous sommes bien organisés, le TAC ne peut pas se faire sans notre avis. Si on n’est pas unis, on ne peut rien faire», a-t-il martelé.

Venus en grand nombre, les opérateurs économiques burkinabés ont à travers des témoignages, manifestés leur total soutien à la COEBCI. Notons que le COEBCI a ouvert un siège dans la commune de Koumassi. La structure entend installer des bases à travers la Côte d’Ivoire.

Abraham KOUASSI

(Envoyé spécial à Yamoussoukro)