@Informateur- “L’affaire Guillaume Soro” du nom de l’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire sous le coup, depuis lundi,  d’un mandat d’arrêt international émis par la justice du pays, continue de monopoliser la Une des journaux ivoiriens parus, jeudi, sur l’ensemble du territoire national.

“Mandat d’arrêt contre Soro, arrestation de ses proches: pluie d’indignation et de condamnation”, affiche en couverture Le Nouveau Réveil ouvrant ses colonnes aux plateformes de l’opposition, CDRP et EDS qui y dénoncent “les violations graves des libertés et des droits constitutionnels”.

Pour Me Affoussiata Bamba Lamine, ” Soro reconnaît une seule déstabilisation, celle du 19 septembre 2002, au compte de l’actuel président de la République,  Alassane Ouattara”, rapporte, également le confrère. Ce qui fait écrire au quotidien Aujourd’hui “accusé comme jamais” sur le cliché de Alassane Ouattara. C’est la première fois, explique ce journal que “le chef de l’Etat est directement accusé d’avoir instrumentalisé une rébellion pour arriver au pouvoir”.

Après son retour avorté au pays natal, L’Intelligent d’Abijan revient “sur les traces de Guillaume Soro, de Paris aux Îles Canaries, en attendant Malabo ou Abidjan?”. Ce confrère croit savoir ” comment les dernières médiations ont échoué” entre Guillaume Soro et le pouvoir ainsi que ” pourquoi Ouattara a rencontré les ex-Com’Zones” de l’ancienne rébellion.

Pour Le Patriote, cette rencontre scelle plutôt “l’union sacrée pour la République “. Le journal proche du pouvoir explique ” pourquoi la résidence de Soro a été saisie”.

Pour sa part, Le Jour Plus livre ”des révélations sur l’enregistrement sonore saisi” pour étayer la thèse de “tentative de déstabilisation”. Fraternité Matin, le journal pro-gouvernemental informe que ” l’Assemblée nationale prend acte” de l’ouverture de l’information judiciaire contre des députés” faisant allusion aux 5 parlementaires proches de Guillaume Soro arrêtés, lundi, et jetés à la MACA mercredi pour “trouble à l’ordre public”, selon l’instruction.

“Déstabilisation du régime Gbagbo en 2002: Soro accuse ouvertement Ouattara”, placarde, à sa Une, Notre Voie qui propose à ses lecteurs “l’intégralité de sa déclaration lue par Affoussiata Bamba”. Le journal proche du FPI fait remarquer ” la grosse vague de protestations” contre le “harcèlement visant les pro-Soro”. Depuis son lieu de retranchement en Espagne, renseigne Soir Info, ” le camp Soro révèle des choses graves sur Ouattara”. “Les camps Gbagbo, Bédié, Blé Goudé et Affi N’guessan réagissent”, ajoute le journal indépendant.

Après les complots du 23 décembre 2019, écrit Générations Nouvelles, “Soro révèle de graves secrets sur Ouattara”. Le journal proche de l’ex-président de l’Assemblée nationale, explique “comment Soro a piégé des espions du pouvoir d’Abidjan” dans la “pseudo écoute téléphonique” et revient sur ” l’acquisition de sa villa à Marcory” non sans publier “la déclaration intégrale de Me Affoussiata Bamba Lamine “. Ce qui fait dire à  Le Temps que ” Soro raconte son retour avorté”. Pour ce journal, ” Henri Konan Bédié et Gueu Michel sont dans le viseur”.

Geneviève MADINA