Le Conseil supérieur des Burkinabè de l’Etranger (CSBE) est en plein renouvellement de ces délégués. En Côte d’Ivoire 19 candidats vont solliciter les suffrages des électeurs le 1er juillet prochain à Abidjan. En voici la présentation.

L’élection des délégués au Conseil supérieur des Burkinabè de l’Etranger de la juridiction consulaire d’Abidjan qui aura lieu le dimanche 1er juillet 2018 mettra en scène 19 candidats. Le District d’Abidjan qui compte 13 postulants pour 8 ‘’sièges’’ représente le plus gros lot. Viennent la ville d’Aboisso qui en compte 3 et les autres localités, Divo, Agboville et Abengourou qui en ont équitablement 1 chacune. Pour Abidjan, une présentation plus détaillée des candidats donne ce qui suit : Lompo Saybou, Agent commercial ; Toé Ben Souleymane, Stratifien ; Sawadogo Mamadou, Consultant ; Sawadogo Lacina, Informaticien ; Zampalégré Maliki, Directeur de société ; Sawadogo Moumouni, Entrepreneur ; Mme Simporé Sonia Virgine épse Kaboré, Analyste programmeuse ; Ido Bapian Hubert, Entrepreneur ; Segda Yabré, Vendeur ; Tiendrebreogo Abdoulaye, Administrateur ; Sawadogo Oumarou, Commerçant ; Kaboré Koudpiga, Vendeur et Kabré Yamba, Réalisateur. A Aboisso, les prétendants sont les suivants : Sanou Zézouma, Menuisier ; Goude Hamidou, Aide-soignant et Moyenga Marcel, Instituteur. A Agboville, le seul candidat en lice est Nitiema Alassane Sogda, Commerçant. Il est assuré d’être élu puisqu’il n’y a qu’un seul poste de délégué à pourvoir. Cela vaut pour les deux autres circonscriptions, Agboville et Abengourou où les candidats respectifs, Yaméogo Nicolas, Commerçant et Zoungrana Salifou, Agent commercial, sont certains d’être sur la photo au soir du 1er juillet 2018.

Sur ces 19 prétendants, 4 se sont exprimés à travers le site informateur.info en présentant leurs programmes. Nous avons donc donné la parole à ceux qui le voulaient. En revanche, il nous a paru opportun de prendre langue avec le Conseiller juridique du Consulat général, M. Congo Rasmané, pour qu’il reprécise les enjeux de ces élections et définisse les missions des délégués Csbe. Ce qu’il a fait de bonne grâce, rappelant, au passage, afin que nul n’en ignore, que ‘’les délégués Csbe ne sont pas rémunérés’’. Pour le reste, que les meilleurs gagnent. Dans l’intérêt de la grande communauté burkinabè en Côte d’Ivoire.

René Ambroise Tiétié