@Informateur.info- L’hommage national au Premier Ministre et ministre de la Défense Hamed Bakayoko, disparu le 10 mars en Allemagne d’un cancer de foie s’est tenu, mercredi à l’esplanade du palais présidentiel d’Abidjan, en présence du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, qui a élevé, à titre posthume, son ancien collaborateur, à la dignité de Grand-Croix de l’Ordre national.

Émotion, douleur et tristesse étaient palpables sur les visages fermés des personnalités présentes à la cérémonie aux côtés du couple présidentiel affligé qui perd en Hamed Bakayoko, un “fils”.

Les présidents du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, du Ghana, Nana Akufo-Addo, de la Guinée, Alpha Condé et de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, des chefs de gouvernement de pays frères ainsi que le corps diplomatique se sont joints au peuple ivoirien dans toutes ses composantes pour rendre un ultime hommage à celui que tous s’accordent à dire qu’il fut un “grand serviteur de l’Etat”.

Honneurs militaires, témoignages, remise du drapeau national à la veuve, Yolande Bakayoko digne dans la douleur, décoration à titre posthume de l’ex-Premier ministre élevé à la dignité de Grand-Croix (la plus haute distinction de l’Ordre national) ont marqué cette cérémonie d’hommage au Premier ministre Hamed Bakayoko décédé à l’âge de 56 ans.

Le premier à ouvrir la série des trois interventions, en sa qualité de président du comité d’organisation, le ministre de la Jeunesse, Mamadou Touré, a appelé le président Alassane Ouattara étreint par la douleur aux côtés de son épouse Dominique, “mère tutélaire” d’Hamed Bakayoko, en larmes à tenir bon. “On sait que vous êtes effondré, mais tenez bon Président.” a-t-il dit à l’endroit du Chef de l’Etat, visiblement, catastrophé. Dans son témoignage, la ministre de la Culture et de la Francophonie, Raymonde Goudou Coffie s’est attardé sur le “parcours atypique” de Hamed Bakayoko pour se faire une place au soleil. S’appuyant par moments sur les Saintes Ectitures (musulmanes et chrétiennes) la ministre Goudou Raymonde pour apaiser les cœurs meurtris de la veuve et des quatre orphelins laissés par Hamed Bakayoko, ” homme travailleur, d’une fidélité infaillible, loyal et d’une générosité sans mesure”, qualifiera-t-elle.

Prononçant l’oraison funèbre pour la circonstance, le Grand Mediateur de la République, Adama Tounkara qui a relevé “la forte implication” du président Ouattara pour solliciter les spécialistes du cancer du foie en France et en Allemagne pour sauver le défunt Premier ministre qui souffrait de cette pathologie. Pour M. Tounkara, “un mécène de la culture et du sport” s’en est allé, nonobstant le parcours du journaliste que Hamed Bakayoko qu’a retracé le Grand Médiateur.

L’hommage continuera cette après-midi au stade Alassane Ouattara d’Ebimpé où sa famille politique, le Rhdp, les partis politiques nationaux lui rendront hommage avant le concert des artistes d’ici et d’ailleurs (une soixantaine) dont Koffi Olomidé exprimeront leur attachement au défunt.

Charlène ADJOVI