@Informateur.info- Les enseignants du district autonome de Yamoussoukro, capitale politique de la Côte d’Ivoire, ont rejoint leurs camarades du secondaire et de l’enseignement supérieur dans la grève. La violence dont a été l’objet, ce lundi 25 février 2019, leurs collègues à Bouaké a été le facteur déclencheur de ce mouvement.

En effet, les enseignants des  lycées scientifique, Mixte et collèges publics de la ville ont brillé ce lundi par leur absence sur leur lieux de travail en signe de soutien à leurs confrères molestés, emprisonnés et surtout ceux de Bouaké qui ont tout perdu lors de leur marche ce lundi. Au secondaire et dans les grandes écoles publiques se sont ajoutés les instituteurs du primaire. Toutes les écoles primaires publiques étaient fermées ce lundi 25 février 2019.

Armand Koffi

Correspondant Régional