PUBLICITE


@Informateur.info- La grève qui secoue depuis le 19 août 2019 les médias publics au Burkina Faso, mécontente le parti du président du Faso. A savoir, le MPP.

Dans une déclaration dont copie nous est parvenue, le parti au pouvoir s’indigne des actions de sabotage des efforts du gouvernement pour faire perdurer le mouvement d’humeur des journalistes et autres agents publics des médias burkinabè. Le Mouvement pour le peuple et le progrès (MPP) qui voit dernière ces agissements des mains politiques monte au créneau.

”Le MPP ne saurait tolérer la chienlit que les syndicalistes veulent installer dans les médias d’Etat. Il condamne énergiquement les actions de sabotage qui obéissent plus à un combat politique que syndical”, tance le parti de Roch Marc Christian Kaboré, saluant, bien avant les actions de dénouement de la crise par le gouvernement. Mais aussi le patriotisme des directions générales de la RTB et de Sidwaya.

” Le MPP apprécie à sa juste valeur les mesures prises par les responsables des médias publics (RTB et des Editions Sidwaya) pour relancer le travail dans leurs directions générales respectives. Si notre parti se félicite des initiatives engagées au niveau gouvernemental pour un aboutissement des négociations, il dénonce, par contre, avec fermeté, les tentatives de blocage des efforts de certains syndicalistes de saper les démarches en cours et d’empêcher de nombreux agents de reprendre le travail, relève-t-on dans la note de protestation.

Face à ”cette situation délétère savamment entretenue par certains ”, tout en apportant son soutien au gouvernement et aux directions générales de la RTB et des Editions Sidwaya, ” le MPP rappelle que le droit de grève et le droit du travail inscrits dans la Constitution, s’appliquent à tous les Burkinabè. Nous sommes dans une République qui garantit la liberté de penser et d’agir. Tout comme est garantie la liberté d’aller en grève ou pas”.

En conséquence, ” le MPP invite le gouvernement à prendre toutes les mesures afin de faciliter une reprise de travail dans la sérénité et la quiétude pour tous les agents du ministère de la Communication désireux de respecter leur contrat de travail vis-à-vis de l’Etat et du peuple burkinabè”.

Alfred SIRIMA

Correspondant Informateur.info

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment