Symp gnoInformateur.info- Prôner le pardon, la réconciliation et l’amour entre les Burkinabè après l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 qui a mis fin au régime Compaoré. C’est à cet exercice que le président de l’ADF/RDA (ex-mouvance présidentielle), Me Gilbert Noël Ouédraogo se livre depuis un moment au Burkina Faso. Après avoir sillonné les différentes provinces du pays des hommes intègres, le président du parti de l’éléphant a mis le cap sur la Côte d’Ivoire où il a rencontré la communauté burkinabé à Yamoussoukro et à Abidjan. A l’étape d’Abidjan qui s’est déroulée au foyer des jeunes d’Attécoubé, dimanche dernier, c’est une foule nombreuse qui a effectué le déplacement pour communier avec l’hôte du jour. Des chefs traditionnels, aux femmes en passant par les jeunes, la mobilisation était celle des grands jours. Mais d’entrée, Gilbert Noël Ouédraogo fera la précision suivant : « Je ne suis pas en Côte d’Ivoire en ma qualité d’homme politique mais en tant que fils et frère. Après la situation qui s’est passée au Burkina Faso, j’ai estimé que les fils et les filles de ce pays doivent se retrouver et se pardonner pour nous permettre de repartir du bon pied. C’est la raison de ma présence en Côte d’Ivoire». Selon M. Ouédraogo, la marche d’une nation est toujours jalonnée de péripéties, mais « la vie ne s’arrête pas pour autant ». A ses compatriotes vivant en Côte d’Ivoire, Me Gilbert Noël Ouédraogo a présenté les excuses de son parti pour ce qui s’est passé au Burkina Faso et les a exhortés à cultiver le pardon. « Nous devons faire table rase du passé. Plus que jamais le Burkina Faso a besoin de se réconcilier mais d’une réconciliation vraie. La haine ne doit pas prendre le dessus», a-t-il prôné. Il a aussi rappelé à l’assistance les propos de l’archevêque de Bobo Dioulasso, Mgr Paul Ouédraogo,  par ailleurs président de la commission réconciliation qui déclarait que le Burkina Faso ne saurait se construire les uns sans les autres ou en se dressant les uns contre les autres. Une intervention très applaudie par la communauté qui a effectué le déplacement pour être témoin de cette rencontre.  Le président des chefs et notables burkinabè en Côte d’Ivoire, Naaba Wogbo et des représentants des jeunes et des femmes ont adressé au natif de Ouahigouya des motions de soutien et se sont dits honorés par cette visite. L’ADF/RDA est  le premier  parti politique burkinabé qui s’est rendu en Côte d’Ivoire après les évènements des 30 et 31 octobre 2014 pour rencontrer les Burkinabè.

Jean François Fall