@Informateur.info- Une plainte a été déposée jeudi à Paris contre l’ex-Président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro, candidat déclaré à la présidentielle du 31 octobre 2020, pour des faits présumés commis par la rébellion des Forces nouvelles qu’il a dirigée de 2003 à 2011.

Une plainte pour des faits de “tortures, homicide volontaire et crimes de guerre”, a été déposée contre Guillaume  Soro 7 mai 2020 devant le doyen des juges d’instruction du pôle crime contre l’humanité du Tribunal judiciaire de Paris par les avocats des “Victimes de Guillaume Soro (VGS)” qui se sont constitués parties civiles. 

Les plaignants, accusent Guillaume Soro d’avoir commandité, en 2004 et 2011, la mort de plusieurs personnes et de membres de l’ex-rébellion, dont Ibrahima Coulibaly, surnommé “IB”, selon la plainte dont copie est parvenue à  Informateur.info. 

Selon Mes Noémie Saidi-Cottier, Laurence Greig et Joseph Breham, avocats de VGS, “M. Guillaume Soro, leader politique et militaire d’une des principales composantes de la rébellion, est pointé du doigt comme étant le donneur d’ordre de plusieurs massacres (Korhogo, Bouake…) et de l’assassinat du leader rebelle Ibrahim Coulibaly (IB), ce qui pourrait être confirmé par un enregistrement”, lit-on dans la plainte. 

Pour Doumbia Kader, président de VGS, cette plainte vise à faire la lumière sur l’implication de Guillaume Soro dans les meurtres d’Ibrahima Coulibaly et de ses compagnons le 27 avril 2011 mais aussi sur des crimes de masse commis au Nord de la Côte d’Ivoire entre 2003 et 2007, notamment à Bouaké et à Korhogo. 

“Ces crimes ont laissé des dizaines d’enfants orphelins. Leur quête de vérité et de justice doit être entendue”, a-t-il ajouté dans un communiqué. 

Geneviève MADINA