@Informateur.info- A peine quelques mois d’existence, le Conseil des Opérateurs économiques burkinabè en Côte d’Ivoire (COEB-CI) s’est positionné comme un acteur important de l’implication de la diaspora du Faso en Côte d’Ivoire dans le développement du Pays des Hommes intègres. 
Dans ce sens, une journée de formation et d’informations à l’attention des opérateurs économiques burkinabè résidant en Côte d’Ivoire a été organisée, ce mercredi 12 juin 2019, à Azalai Hôtel de Marcory. 

Présent à cette rencontre, Harouna  Kaboré, ministre burkinabè du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, a invité les membres du COEB-CI à contribuer au développement dans leur pays en y investissant. “Le Burkina Faso dispose de potentialités économiques encore inexploitées dans divers domaines et ce constat nous interpelle”, a fait savoir le collaborateur de Roch Marc Kaboré. 

Selon le ministre, la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire est un maillon sur lequel Ouagadougou compte pour booster la croissance dans le pays. “La Côte d’Ivoire est le premier partenaire économique du Burkina Faso et le pays qui acceuille la plus grande diaspora (…)”, a précisé Harouna Kaboré. Et de poursuivre: “De manière spécifique, la présente rencontre vise à entretenir avec vous un dialogue constructif afin de lever les appréhensions. Toute chose qui facilitera vos investissements au Burkina Faso. Faire connaitre les mesures incititatives, les avantages fiscaux et le nouveau code des investissements. Porter à votre connaissance les attentes du gouvernement (…)”.

A en croire le ministre Kaboré, le gouvernement burkinabé accorde une place importante à la diaspora. “Cela, dira le ministre du commerce, afin de présenter les opportunités d’investissement et le climat d’affaires au Burkina Faso pour inviter à investir davantage au pays”. En outre, Harouna Kaboré a assuré le COEB-CI du soutien des autorités burkinabè dans son action.

De son côté, Moussa Ouédraogo, président du COEB-CI a remercié le ministre pour sa participation à cette rencontre. ” Vous avez créé un effet lumineux qui attire autour du COEB-CI”, a-t-il dit avant de lancer un appel à la diaspora en Côte d’Ivoire. “Arrêtez ce vacarme! Trop d’associations créé un vacarme”, a martelé Moussa Ouédraogo qui  a assuré que le COEBCI n’a pas été créé pour “gagner de l’argent”. 

Notons que cette rencontre a été meublée de séances de formations. Le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso et le Consul du Burkina Faso à Abidjan étaient présents à ce rendez-vous. 

Abraham KOUASSI

Articles connexes

Leave a comment