Samuel Codjovi

Informateur.info- Samuel Codjovi, coréalisateur du film «Innocent malgré tout», l’un des deux films retenus pour représenter la Côte d’Ivoire à la 25é édition du Fespaco s’est dit confiant quant à la compétition qui s’ouvre du 27 février au 4 mars prochain à Ouagadougou. « Être retenu pour compétir à ce grand rendez-vous du cinéma africain était un vœu pour nous en 2017. Dieu a exaucé nos prières. Nous n’allons donc pas pour faire de la figuration au Burkina Faso mais pour gagner l’Etalon d’or », a-t-il réagi, mercredi soir. C’était au cours d’une réception de soutien organisée par la famille Codjovi à son endroit. L’occasion était belle pour Samuel Mathurin Codjovi de revenir sur son parcours de jeune réalisateur.

Samuel Codjovi entouré de ses frères et soeurs
Samuel Codjovi entouré de ses frères et sœurs

«C’est vrai qu’aujourd’hui je me sens galvanisé par cette compétition mais je voudrais rappeler que les débuts n’ont pas été facile », a-t-il expliqué.  Et de poursuivre : «J’ai eu un parcours difficile depuis mes débuts au théâtre interscolaire. J’ai travaillé avec beaucoup de maisons qui étouffaient nos talents. Il a fallu que nous montions notre propre maison mes amis et moi pour que la reconnaissance commence à venir ».  «Rebelle réaction production», c’est la structure mise en place par Samuel Codjovi et son partenaire Kouamé Jean de Dieu pour participer à l’industrialisation du cinéma en Côte d’Ivoire. Pour le jeune coréalisateur, le simple fait d’être retenu dans la compétition est déjà une victoire. Celle de la détermination et de l’abnégation. Une fierté partagée par la famille Codjovi dont les frères et sœurs ont décidé d’apporter leur soutien à ce film retenu parmi 69 films inscrits au plan national. « Nous t’apportons à toi et à toute ton équipe nos bénédictions. Sache que dans cette compétition, ta famille te soutient », a rassuré Romuald Codjovi, l’ainé de la famille. Faut-il le rappeler, ce sont 150 films à l’échelle du continent africain qui sont en compétition dont 20 dans la catégorie Etalon d’or au Fespaco 2017.

Dalima Dahoué