@Informateur.info- Candidate malheureuse à la présidentielle du 22 novembre 2020 au Burkina Faso, Mme Yéli Monique Kam estime dans un post qu’elle a publié sur sa pagefacebook que la fermeture prolongée des frontières constitue un frein au progrès de la communauté régionale.

“Depuis mars 2020, la pandémie du COVID 19 a entrainé la fermeture brusque des frontières de notre pays sans avoir préparer nos populations.

Interdire aux personnes de passer la frontière arrête le commerce informel qui est la source essentielle de revenus pour de nombreuses familles.

Fermer les frontières terrestres sépare les femmes de leurs enfants. Maintenir la fermeture des frontières terrestres avec nos pays voisins consiste à arrêter les transferts sociaux nécessaires au progrès de la communauté régionale.

En tant que femme politique, j’ai été interpelée par des citoyens qui sont victimes de rackets, d’arnaques et d’abus de pouvoir de la part de certains agents de l’Etat en service aux frontières. Une situation qui aggrave la souffrance et la pauvreté de nos populations.

J’exprime ma compassion et ma solidarité à l’ensemble de la population.

En tant qu’épouse et mère, je lance un appel solennel au Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, à user de son leadership auprès de ses pairs pour l’ouverture rapide des frontières de notre pays.

Yéli Monique Kam

́La Yennega de l’Education
Présidente du MRB