@Informateur.info- Depuis la violente irruption de ses partisans dans le Capitole, le mercredi 6 janvier dernier, le président sortant et presque sorti des États- unis, Donald Trump est confronté à une vague de démissions de son administration, isolant de plus en plus le président américain.

Ses derniers soutiens et alliés du camp des républicains prennent, les uns après les autres, leurs distances à moins de deux semaines de sa mandature, dénonçant l’implication directe de Trump dans les événements du Capitole qui ont fait cinq morts. Successivement, la ministre des Transports, Elaine Chao et sa collègue de l’Éducation, Betsy Devos ont claqué la porte du gouvernement complètement à neuf les membres de l’administration Trump ayant pris leurs distances.

Selon les médias américains, plusieurs responsables de la Maison Blanche envisageraient encore de quitter leurs postes.

Les déboires ne sont pourtant pas loin de prendre fin pour Trump dont les comptes Facebook et Twitter ont été suspendus pour son implication dans l’invasion du Capitole, condamné par Paris, Berlin et Londres.

Au lendemain de l’invasion du Capitole par des de partisans de Trump, Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des Représentants avait demandé la destitution avant terme de ce dernier. Quand, de son côté, son successeur Joe Biden, l’accusait d’avoir orchestré “un assaut sans merci contre les institutions démocratiques” américaines.

Même si Donald Trump a fait un revirement à 180 degrés en plaidant ” la réconciliation” après avoir condamné, jeudi soir, “une attaque odieuse”, il ne demeure pas moins que c’est bien lui qui a électrisé les manifestants qui ont pris d’assaut le Capitole.

Charlène ADJOVI