PUBLICITE


Une coalition d’associations de la société civile burkinabè, composée du mouvement de la jeunesse de la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire (MJDBCI), de l’association des Burkinabè de l’extérieur pour le développement, de l’UCNGCI, du Haut conseil des Burkinabè de Côte d’Ivoire, de l’UCB, de l’ONG ZOODO, et de l’association Boudou Nonan, a animé une conférence de presse, ce mardi 14 août 2018, à la Maison de la presse sise à Abidjan-Plateau. Il s’est agi pour cette coalition de se prononcer sur le nouveau code électoral  et des documents de votation.

 

Par la voix de son porte-parole, M. Augustin Ouédraogo, cette structure s’est dite satisfait du nouveau code électoral burkinabè adopté le 30 juillet 2018. Le fait que la diaspora burkinabè soit prise en compte dans le processus électoral est, selon Augustin Ouédraogo, quelque chose de historique. C’est pourquoi, ce mouvement a tenu à remercier ” les députés pour l’adoption de ce nouveau code, et principalement le président du Burkina Faso, Marc Rock Christian Kaboré, qui a fait de ce rêve, une réalité”.

 

Abordant la question des documents de vote, notamment la carte nationale d’identité burkinabè (CNIB) et le passeport, la coalition exhorte les autorités du Burkina Faso à dépêcher le plus rapidement possible, les structures qualifiées pour l’établissement des CNIB.

 

Par ailleurs, le conférencier, invite les Burkinabè de l’étranger, et en particulier la diaspora burkinabè résidant en Côte d’Ivoire, à s’approprier le nouveau code électoral, qui, selon les premiers responsables de ce mouvement, leur donne l’occasion de s’exprimer démocratiquement, et de participer activement à la vie politique de leur mère patrie.

 

Yannick Kobo

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment