@Informateur.info- La Cour pénale internationale (CPI) vient de rendre moins contraignantes les conditions de libération de l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo.

En effet, libérés sous conditions, l’ex-chef d’Etat Laurent Gbagbo, et son bras droit, Charles Blé Goudé devraient respecter strictement certaines conditions, notamment, ne pas voyager au-delà des limites territoriales de la municipalité du pays d’accueil qu’avec une autorisation expresse et préalable de la Cour.

A la suite d’une note émanant de la Belgique, déposée à la Cour par le biais du greffe, la Cour d’appel présidée par le juge nigérian a procédé à une modification  de cette condition de résidence : «A la lumière de ce qui précède, la condition énoncée au paragraphe 60 de l’arrêt, est donc modifiée comme suit en ce qui concerne M. Gbagbo : «Ne pas voyager au-delà des limites de la région sans l’autorisation expresse et préalable de la Cour».

Dorénavant, par  ce « réaménagement », les déplacements de Laurent Gbagbo s’étendent  à toute la région bruxelloise qui est un territoire beaucoup plus vaste, que d’être restreints dans la seule commune, où il réside.

Yannick KOBO