La Côte d’Ivoire, notre pays connait depuis le vendredi 12 mai 2017, une autre mutinerie au sein de l’armée. Cette mutinerie intervient alors qu’un accord semblait avoir été obtenu en janvier 2017 entre le Gouvernement et les mutins.
La Coordination des Femmes de Côte d’Ivoire, pour les élections et la reconstruction post crise (COFEMCI/REPC), déplore cette nouvelle situation de tension au sein de l’armée ; tension qui intervient dans un contexte social déjà fragilisé par la grève des fonctionnaires et agents de l’Etat.
Pour la COFEMCI /REPC, la violence ne saurait être un mode de règlement des différends. Elle en appelle donc au sens des responsabilités du Gouvernement et de l’armée et exhorte tous et chacun au retour à la négociation et au dialogue. Seuls gages de sortie durable de crise.
La COFEMCI/REPC réaffirme sa volonté de contribuer à la résolution de cette crise dont les effets déjà se font sentir au sein des populations.
La Côte d’Ivoire, notre pays dans sa marche vers la consolidation de sa stabilité, a besoin des efforts contenus de tous et de toutes !
Faisons du dialogue et de la négociation, nos armes. Renonçons à la violence sous toutes ses formes. Préservons nos vies.
Préservons notre pays.

Fait à Abidjan le 15 mai 2017
La présidente de la COFEMCI/REPC
Dr Marie Paule Kodjo

Articles connexes

Leave a comment