@Informateur.info- Les manifestations contre la candidature du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, qui brigue un troisième mandat, après deux autres successifs, gagnent du terrain dans plusieurs localités du pays.

Déterminées à faire respecter l’appel à la désobéissance civile suivi du mot d’ordre de “boycott actif” du processus électoral, lancés par l’opposition significative, les populations de plusieurs villes de l’intérieur ont érigé, vendredi, des barrages avec des troncs d’arbres sur les principales voies, perturbant, durant des heures, le trafic, notamment à Yamoussoukro, Daoukro (fief du président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié), Agboville, Dabou, Ouragahio, M’Bahiakro, Tanda, Bangolo…

A Abidjan, c’est dans la commune de Cocody que des manifestations ont été signalées tôt le matin à Anono avec les incendies de pneus usagés sur les artères, rapidement, circonscrites par les forces de l’ordre déployées dans les lieux stratégiques de la capitale économique ivoirienne.

Pendant ce temps à Bouaké, la deuxième grande ville du pays, au centre, le candidat Alassane Ouattara animait son premier meeting de campagne.

Aussi, a-t-il profité de la rencontre avec les cadres de la région, pour répondre à ses opposants qui, non seulement, contestent sa candidature mais évoquent, de plus en plus, le report du scrutin présidentiel prévu pour le 31 octobre prochain, pour une transition politique de six mois, Pascal Affi N’guessan, président du FPI légal.

Au cours de cette rencontre, M. Ouattara a rassuré que l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 aura bel et bien lieu .

“Il n’aura pas de report d’élection, il n’aura pas de transition, l’élection présidentielle aura bel et bien lieu le 31 octobre 2020 “, a martelé Alassane Ouattara, exhortant “les gens à apprendre à rentrer dans la démocratie . Et la démocratie , c’est dans les urnes”, a-t-il fait remarquer.

Depuis l’annonce de la candidature du président Alassane Ouattara, le 6 août 2020, la Côte d’Ivoire est dans un cycle de violences ayant, malheureusement, occasionné 25 pertes en vies humaines.

Charlène ADJOVI