Abidjan- Mercredi dernier à l’occasion de la dédicace de son deuxième livre intitulé «Blaise Comparé à la croisée des chemins» précédé de « Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir », Alexandre Lebel Ilboudo, Grand Reporter, lauréat du Prix Cnn Multichoice en journalisme d’investigation dans la catégorie presse écrite, nominé Ebony en 2011 et en 2013 a reçu un fort soutien de sa communauté d’origine.
Placé sous le parrainage de l’honorable député d’Issia, Trazéré Olibé Célestine, vice-présidente de l’Assemblée nationale, présente à la cérémonie, cet événement littéraire a surtout été marqué par la forte présence de la communauté burkinabé de Côte d’Ivoire qui s’est mobilisée pour témoigner sa solidarité à l’écrivain. A commencer par le Conseil national des Burkinabé en Côte d’Ivoire (CNB-CI), dont le président Salgo Mamadou, a effectué le déplacement, avec ses collaborateurs, pour soutenir le journaliste-écrivain. On notait également à cette cérémonie la présence de Moumouni Pograwa, coordinateur du Mouvement N 24 (qui se bat pour l’alternance et la démocratie au Burkina Faso ainsi que pour l’éveil des consciences en Afrique), par ailleurs représentant de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS) en Côte d’Ivoire, était de la fête pour dire ses encouragements à l’auteur de «Blaise Comparé à la croisée des chemins» précédé de « Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir». Tout comme les représentants des partis politiques burkinabé en Côte d’Ivoire (Adf/Rda, MPP). On notait également la présence de Douamba Moussa, opérateur économique ivoirien d’origine burkinabé, président de l’ONG Faso Solidarité Côte d’Ivoire. Adama Sankara, président de l’Association des Ivoiriens d’origine burkinabé, Daouda Kaboré président de l’association des Sans Voix, Désiré Yaméogo président du Mouvement de la jeunesse de la diaspora burkinabé en Côte d’Ivoire et Tondé Kassoum, président des Journalistes et Professionnels de la Communication de la Diaspora Burkinabè exerçant et résidant en Côte d’Ivoire, sont autant de grandes figures de la communauté burkinabé qui se sont montré réceptifs au message du Lauréat du Prix CNN 2010. Même l’inusable Bila Mamadi, président du Réveil Club, par ailleurs, délégué au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Etranger (CSBE), en convalescence était présent, ne tenant pas à se faire conter l’évènement.

Il y a eu aussi la présence très remarquée de M. Berthé Zanga, président du Club des amis universels de l’enfance (Camua). Celui-ci a, a cette occasion, montré ses talents d’artiste chanteur-poète-parolier à travers des prestations fort appréciées par le public. Bien entendu, les représentants des associations de jeunes de la communauté burkinabé en Côte d’Ivoire n’ont pas manqué à l’appel. Seule fausse note, la section Côte d’Ivoire du Congrès pour la démocratie et la paix (Cdp), parti de Blaise Compaoré, n’a pas effectué le déplacement de la Maison de la presse, bien que plusieurs invitations lui aient été adressées. ???????????????????????????????Le Cdp reprocherait-il à Alexandre d’avoir placé «Blaise Compaoré à la croisée des chemins» et soumis son ami, « Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir»? Le Cdp Côte d’Ivoire n’a sans doute pas voulu serrer la main de celui qu’il considère comme un pourfendeur de son président à la cérémonie de dédicace. Or, le livre en question ne fait pas que donner des mauvais points à Compaoré. On y note aussi des points positifs, à l’actif du président du Burkina Faso. Doit-on donc retenir que le Cdp n’est pas disposé à entendre la moindre critique sur son président au pouvoir au Burkina Faso depuis 27 ans ?

Sir Alfred, Informateur.info