@Informateur.info- Dans un post intitulé “Pourquoi le commandant Kassé a fait jeter les armes dans la lagune”, Mamadou Traoré, proche de Guillaume Soro, révèle qu’il n’avait pas connaissance de ces faits. Il s’excuse de les avoir niés et récuse l’idée d’un coup d’état en préparation en 2019.

“Je vois les mendiants du Restaurant faire des choux gras sur les révélations faites par le commandant JB,chef de la sécurité de Guillaume Soro ,concernant les armes qu’il a fait jeter dans la lagune.

Ils nous accusent d’avoir nié que des armes avaient été retirées dans la lagune comme l’avait stipulé le procureur. Je reconnais que nous avons nié ce fait par ignorance parce que nous n’avions pas connaissance de ce fait. Et comme nous connaissons nos amis du Restaurant comme étant de gros manipulateurs et de gros menteurs, notre réaction a été celle de personnes qui ne faisons pas confiance à tout ce qu’ils disent. Cela devrait les interpeller parce qu’ils doivent savoir que personne ne croit à tout ce qu’ils disent tellement ils nous ont habitués aux mensonges et aux manipulations.

Oui, nous nous sommes trompés en niant les faits.Mea culpa.Mea maxima culpa. Mais dans tout ce que le commandant JB a déclaré, il y a t-il des faits qui montrent qu’il y avait tentative de coup d’Etat ? Je dirai NON car on ne peut faire un coup d’État avec une vingtaine d’armes rouillées et inoperationnelles. On ne peut faire un coup d’État avec des armes volontairement détruites par le contact avec l’eau.

JB a eu peut-être tort d’aller jeter ces armes dans la lagune. Il l’a reconnu. C’etait dû à l’effet de la panique. Mais comme il l’a dit, c’était dans l’intention qu’on ne les retrouve pas au siège de GPS afin d’accuser son patron de fomenter un coup d’État.

Hélas, il a été dénoncé par certains soldats qu’il a envoyé jeter les armes dans la lagune. Et ces soldats, qui se sont mis à table, ont été mis en liberté pour les récompenser pour leur collaboration. Ils ont été libérés sous prétexte qu’ils auraient refusé d’exécuter les ordres du commandant JB.

Toujours est-il que lors de l’audition du commandant JB, du sergent chef Traoré et du sergent chef Silué, tous membres de la sécurité de Guillaume Soro, il n’a pas été démontré à travers leur interrogatoire qu’ils voulaient faire un coup d’État.

On leur a surtout reproché de détruire des armes achetées avec l’argent du contribuable.On leur a reproché de vouloir camoufler des armes. Et ces armes ont été détruites pour éviter qu’on accuse leur patron de tentative de coup d’Etat. Hélas, cela n’a pas manqué.

Il faut savoir que depuis longtemps le commandant JB était dans le collimateur des gens du Restaurant parce qu’il a refusé de quitter la garde de Guillaume Soro. En effet, en 2019,lors de la tournée de Guillaume Soro dans le hambol, le commandant JB avait été affecté dans une nouvelle unité.

Les gens du Restaurant, connaissant son efficacité, ont voulu l’éloigner de Guillaume Soro afin de désorganiser sa troupe sécuritaire.Suite à cette affectation, la première réaction du commandant JB a été de vouloir refuser d’exécuter cette décision d’affection. Guillaume Soro l’en a dissuadé. Il lui a recommandé d’exécuter les ordres venant de la hiérarchie militaire. Moi même, lorsqu’il m’a informé de cette situation, je lui ai conseillé de suivre les recommandations de son patron.

C’était en Avril 2019, lors des obsèques de mon père à Bouaké, que le commandant JB et moi avions parlé de son affectation. Comment il a fini par se retrouver à la sécurité de Guillaume Soro ? Je n’en sais rien. Toujours est-il qu’il était dans le collimateur des securocrates du Restaurant pour sa fidélité et sa loyauté à son patron.

J’avoue que je n’ai pas été surpris lorsqu’il a été arrêté et jeté en prison. Mais une chose est sûre et certaine.

Lors de l’audition du commandant JB et de ses éléments, il n’a pas été démontré par le procureur qu’ils avaient eu l’intention de faire un coup d’État.
Car on ne fait pas un coup d’État avec des armes rouillées qu’on a soi même fait détruire en les jetant dans l’eau.

Pour le moment, les éléments à la disposition de la partie accusatrice pour accuser Guillaume Soro de tentative de coup d’Etat (Bande sonore et une vingtaine ou trentaine d’armes inoperationnelles) ne concourent pas à solidifier les preuves contre eux.

Nous attendons la suite du procès pour voir ce que la partie accusatrice nous présentera pour confirmer son accusation de tentative de coup d’Etat. Sinon,pour le moment, elle a tiré dans l’eau.”

El Hadj Mamadou Traoré