Informateur.info- Le réseau national pour la défense des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire (Renadvidet-ci) exige la démission du commissaire adjoint de police du premier arrondissement du Plateau. Ils l’ont fait savoir, samedi dernier, à l’occasion dune conférence de presse animée au Plateau par M. Gnimple Casio, chargé des affaires contentieuse du réseau. « Deux des nôtres ont été arrêtés le 13 mai dernier au terme d’un rassemblement devant la présidence de la république où nous avons voulu interpeller le président sur les nombreux reports de l’audience relative au détournement de notre indemnisation », explique le conférencier. Selon Gnimple Casio ces arrestations se sont faites sur ordre du commissaire adjoint de police du 1er arrondissement du Plateau. « Ce dernier fait de notre affaire depuis un moment où nous avons appris qu’il aurait été soudoyé par Koné Cheick Oumar, un règlement de compte personnel », a t-il accusé. En conséquence de ce qui précède, Gnimple Casio a annoncé que les victimes ne se rendront pas à l’audience de ce mercredi 10 juin. « Non seulement nous ne participerons pas à cette audience mais nous reprendrons notre grève illimitée de la faim devant le palais de la présidence pour exiger la démission du commissaire M. Thio et l’arrestation immédiate de koné Cheick Oumar », a-t-il prévenu. Rappelant les faits, le conférencier a indiqué que Koné Cheick Oumar a été condamné à 20 ans de prison ferme le 13 janvier 2015 par la chambre des délits économiques du tribunal correctionnel de première instance du plateau.

Dalima Dahoué