Cheik Sarba et Salogo Rabat en juillet dernier à Rabat

@Informateur.info- Quelques heures après l’annonce officielle du décès du président du Conseil national des Burkinabè en Côte d’Ivoire (CNBCI), le Cheik Abdoul Aziz Sarba, guide suprême de la communauté burkinabè en Côte d’Ivoire a salué la mémoire du disparu. Lui qui avait rendu visite au malade au Maroc lors de son premier séjour médical en 2016.

«Salogo Mamadou était un patriote, quelqu’un qui s’était mis corps et âme et avec ses propres moyens au service de sa communauté burkinabè en Côte d’Ivoire. En ces tristes moments, j’ai une pensée pour ses épouses et pour ses enfants. Que Dieu qui est miséricordieux lui pardonne ses péchés et l’accueille auprès de lui», a réagi le guide religieux, joint par téléphone par Informateur.info

Salogo Mamadou, faut-il le rappeler, était également le président de la jeunesse Tidjania dans la grande commune de Koumassi. Fervent musulman, il avait même baptisé la mosquée qu’il a construite au rez-de chaussée de l’un de ses immeubles à Koumassi du nom du Cheick Abdoul Aziz Sarba.

Pour le président du Collectif des associations et mouvements de jeunesse burkinabè en Côte d’Ivoire, Zallé Moussa, le décès  Salogo Mamadou constitue une énorme perte pour la communauté burkinabè. ” C’était un homme engagé et déterminé pour la cause de la diaspora. Son départ laissera un grand vide au sein de la communauté burkinabè en Côte d’Ivoire”, a t-il réagi.

Jean François FALL