PUBLICITE


Informateur.info- Le décès du directeur général de Coris Bank, survenu à Assinie à 80 km d’Abidjan, le jour de Noël, a plongé la communauté burkinabè et le monde du secteur bancaire en Côte d’Ivoire dans une vive consternation. En effet, Sana Ousmane a trouvé la mort par noyade après que l’embarcation dans laquelle il se trouvait a chaviré. Dès l’annonce du drame, de nombreuses personnalités et anonymes ont exprimé leur compassion. Informateur.info a recueilli par téléphone la réaction du Consul Général d’Abidjan, M. Daouda Diallo qui partageait avec le défunt deux décennies d’amitié qui a débuté, selon lui, lors d’un pèlerinage à la Mecque. «Je suis abattu par cette nouvelle. Nous étions ensemble vendredi dernier. Et rien ne laissait présager cette mort si brusque et si soudaine. C’est une perte immense pour la diaspora et pour le Burkina Faso », a réagi le diplomate, la gorge nouée. Et de poursuivre : «C’était un brillant cadre de banque qui a d’abord servi à Ecobank et dans différents pays comme la Guinée et le Burundi avant d’arriver à Coris Bank. Sana Ousmane a gravi beaucoup d’échelons, il excellait dans le travail et je peux vous dire qu’il a abattu un immense travail dans le positionnement de Coris Bank en Côte d’Ivoire. Il était promis à un meilleur avenir ».

C’est que Coris Bank qui occupait la 25é place au début de ses activités en 2013 en Côte d’Ivoire est passée en si peu de temps à la 13é place. Une percée que la Banque doit aux qualités managériales de celui dont, malheureusement, le sort a voulu que la symphonie soit interrompue.

Pour Kébré Seydou, opérateur économique résident à Duékoué, Sana Ousmane était un homme sociable. « Je me souviens lorsqu’il était venu ici à Duékoué alors qu’il cherchait un siège pour Coris Bank. Je l’ai reçu chez moi et c’est là que j’avais découvert toute la simplicité de l’homme. C’est le premier directeur de banque que j’ai connu. Sa disparition nous laisse sous le choc », témoigne t-il.

L’autre témoignage c’est bien celui de Douamba Moussa, lui aussi opérateur économique, qui a eu dans le cadre de ses affaires des contacts avec le défunt. « Sana Ousmane était un homme très ouvert. C’était l’ami des petits entrepreneurs parce qu’il prenait la peine d’écouter tout le monde sans faire de tri. Il était l’espoir des petits entrepreneurs parce qu’il travaillait sur des projets que beaucoup de banques privées ont abandonnés », explique Douamba. On retient également de Sana Ousmane qu’il était un homme disponible pour sa communauté. Il répondait à toutes les invitations de la diaspora burkinabè.

Si la mort demeure inévitable pour tout être humain, il reste à espérer, comme le souhaite vivement le Consul Général d’Abidjan, que l’œuvre de Sana Ousmane puisse être poursuivie. « Car, Il a fait œuvre utile », dira le diplomate. La direction de Informateur.info présente ses condoléances à Coris Bank et à la famille du défunt.

Jean François Fall

 

 

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment