PUBLICITE


Le préfet Diarra Karim a été surpris de constater qu’au 3ème millénaire, il existe encore des écoles construites en bois et couvertes de feuilles de raphia et surtout reconnue par l’Etat de Côte d’Ivoire. C’était le vendredi 15 décembre dernier lors de la cérémonie de réinstallation des déguerpis de la crise intercommunautaire Yacouba-Lobi, dans la sous-préfecture de Mahapleu. Une école de 6 classes, véritable taudis en pleine brousse, dans un campement centre dénommé «Oulaigbèpleu» soit 40 km de Danané et 25 km de Mahapleu. Deux instituteurs affectés par l’Etat et trois bénévoles y exercent depuis belle lurette. Ces instituteurs attendaient de présenter l’école au préfet du département de Danané et lui expliquer leurs conditions de vie en pleine brousse, où ils sont coupés des réalités du monde. Ils ont lancé un cri de cœur au représentant de l’exécutif, afin de saisir le conseil régional du Tonkpi qui était présent ce jour-là afin que quelque chose soient faite pour améliorer les conditions d’apprentissage et de vie des élèves et des et enseignants.

Armand Koffi

Correspondant Régional

 

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment