PUBLICITE


@Informateur.info- Né le 1er janvier 1979, à Zeguedeguin, au Burkina Faso, alors Haute Volta, Dabilgou Hado Dramane est ce qu’on pourrait appeler un self made man. Tout son parcours témoigne du courage, de l’opiniâtreté  et du sens de l’abnégation de cet homme taillé dans du ‘’roc’’ et au caractère bien trempé. Il rêvait de devenir fonctionnaire d’Etat, précisément, douanier,  mais il est aujourd’hui opérateur économique, un acteur important de la filière cacao, mamelle de l’économie ivoirienne.

Mais que de tribulations pour en arriver là. De sacrifices aussi. Après son enfance à Zeguedeguin où il est contraint d’arrêter les études en classe de 5ème  faute de moyens, Dabilgou se lance dans la vie active. Comme nombre de ses compatriotes, il prend la route de l’aventure en 1996 et met le cap sur Abidjan où il fait de petits métiers pour s’en sortir. «J’ai commencé comme manœuvre dans un champ de cacao. J’étais payé à 200.000FCFA par an», se rappelle-t-il.Il passera trois années dans ce business.

Cependant, il ne se privait pas de  butiner à gauche et à droite, grappillant ‘’quelques sous ici et là’’. Une vraie ‘’fourmi’’, ce Dabilgou. C’est ainsi qu’il a pu mettre de côté la rondelette somme de 675.000FCFA. Des économies qui vont lui donner des idées. Il se lance dans l’achat et la revente du cacao. Ce qu’il fait de 1999 à 2002. Ce commerce lui a permis d’épargner plus de 8 millions CFA. Une somme conséquente qui lui permet de créer, en partenariat avec son grand frère, la société SIAPAG qui évolue dans la filière cacao.

Au bout de quatre ans, les choses se ‘’gâtent’’ entre son aîné et lui. Conséquence, ce dernier le ‘’vide’’ de l’entreprise. Il se retrouve dans une situation critique, puisqu’il doit tout reprendre de zéro. Dur, dur,… Mais Dabilgou ne s’avoue pas vaincu. Il ne peut toutefois compter sur personne. Qu’à cela ne tienne. Il passe le permis de conduire qu’il décroche. Après quoi, il devient pisteur dans le secteur du cacao. Et au bout de mille et une privations, il parvient à créer sa coopérative agricole dénommée Entreprise Coopérative de Saint Paul (ECSP) qui regroupait au départ 322 membres pour un tonnage de 1200 T/ an.

Aujourd’hui, la coopérative compte 1700 adhérents et réalise un tonnage de 4.016T/an avec un chiffre d’affaires de 15 milliards FCFA. En 2012, notre self made man met sur pied une entreprise de vente de matériel de construction dénommée EDF avec un capital de 325 millions FCFA.

La quarantaine épanouie, Dabilgou Hado Dramane peut s’enorgueillir d’avoir de très bons rapports avec sa communauté à San Pedro, sa ville de résidence. Pour preuve, il est le représentant officiel du Conseil des opérateurs économiques Burkinabè en Côte d’Ivoire (COEBCI) à San Pédro.

A l’actif de Dabilgou Dramane, on note entre autres réalisations au profit de sa communauté et des allochtones, la construction de deux écoles primaires de 6 classes à Bloho, et à Aboulayekro dans la sous-préfecture de Grand-Béréby, la construction de 4 pompes hydrauliques, le don d’une école coranique à Zeguedeguin, son village natal et le don de kits scolaires à Bobo Dioulasso dans l’Arrondissement 4.

Ses nombreuses actions sociales au profit de ses compatriotes lui valent d’être nommé, le 29 juillet 2019, Ambassadeur pour la Promotion du TAC (Traité d’amitié et de coopération) qui unit la Côte d’Ivoire, son pays d’accueil et d’adoption et le Burkina Faso, la mère-patrie. En 2018, au Royaume chérifien, lui est décerné le Prix Panafricain des Leaders (PADEL) du Meilleur Promoteur de l’Entrepreneuriat en Afrique.

Bosseur et soucieux du travail bien fait, Dabilgou Hado Dramane est marié religieusement. Il est père de 4 enfants.

Jean François FALL

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment