@Informateur.info- Dans une déclaration dont nous avons reçu copie, la Confédération des organisations de victimes des crises ivoiriennes (Covici) appelle les acteurs politiques à l’apaisement et interpelle la communauté internationale sur sa responsabilité de veiller au respect et à la protection des droits humains en cette période trouble. Ci-dessous la déclaration.

Ivoiriennes, Ivoiriens, Populations de Côte d’Ivoire, chères victimes des crises survenues en Côte d’Ivoire,

Avant tout propos, je voudrais une fois de plus m’incliner devant la mémoire des victimes de toutes les crises ivoiriennes et celles des évènements récents qui ont encore endeuillés notre pays.

Ivoiriennes, ivoiriens, populations de Côte d’Ivoire, chères victimes des crises survenues en Côte d’Ivoire,

Depuis l’ouverture du processus électoral en début de ce mois d’Août 2020, la Côte d’Ivoire notre pays a renoué avec la violence.

Ainsi, les journées du 13 au 15 Août 2020 resteront-elles aussi à jamais gravées dans la mémoire des ivoiriens comme un point sombre de l’histoire de notre jeune nation ; Car elles ont fait encore des victimes. Le bilan annoncé par le gouvernement fait état de 06 morts, 173 blessés, environ 1500 déplacés internes, 69 personnes interpellées et de nombreux dégâts matériels.

  • Qu’en sera-t-il des jours à venir ?
  • La Côte d’Ivoire sortira-t-elle un jour de ce cycle de violence qui met à mal sa cohésion sociale et son développement ?
  • La classe politique comprendra-t-elle que par ses agissements elle expose notre pays à des dérapages qui risquent d’affecter nos fondamentaux en matière de démocratie, de cohésion sociale et de développement?

Pour rappel, la seule crise postélectorale de 2010 a fait plus de 3000 morts, des milliers de blessés, de nombreux cas de viols et des destructions massives de biens matériels.

Pendant que des initiatives de réparation et de restauration sont encore en chantier, pendant que le tissu social en lambeaux est en reconstruction, voici que les démons de la division, de la violence et de la destruction resurgissent. Face à cette situation inquiétante, la C.O.VI.C.I lance un appel pressant :

– Aux leaders politiques et à leurs militants à plus de responsabilités et de retenue dans leurs propos et dans leurs actes

– Aux cybers activistes, qu’ils mettent plutôt leur engagement au service du renforcement de la cohésion sociale et de la paix en Côte d’Ivoire

– Aux leaders communautaires et guides religieux, de renforcer la sensibilisation communautaire et prières en faveur d’une paix durable en Côte d’Ivoire

– A la communauté internationale, de peser de tout son poids pour garantir le respect et la protection des droits humains en cette période trouble

– Aux victimes, la C.O.VI.C.I ordonne de s’éloigner de tous les chantiers de violence et de se mettre plutôt en mission pour la paix et la cohésion sociale.

À toutes les populations vivant en Côte d’Ivoire, la C.O.VI.C.I demande que l’intérêt supérieur de la nation soit privilégié car les victimes que nous sommes, ne souhaitons plus revivre les affres d’un passé très récent.

Que DIEU bénisse la Côte d’Ivoire

Je vous remercie

 KANTE Lassina, PCA C.O.VI.C.I