Les conclusions du rapport de médiation du président du Conseil régional de l’Agnby-Tiassa, M. N’Bollo Martin, dans la crise de chefferie dans le village de Ano, une sous-préfecture du département d’Agboville, ont été remises en cause, ce mercredi 23 mars 2016. M. Allo Boussé, désigné dans ce rapport comme le chef consensuel du village a été débouté, à l’issue d’une consultation populaire organisée par le Sous-préfet d’Ano, M. Samassi Ismaël. Sur sept personnes que l’on pourrait considérer, comme de grands électeurs, appelées à donner leur avis sur le rapport de médiation du président du Conseil régional, quatre l’ont rejeté. Invalidant ainsi ces conclusions qui n’ont pas reçu l’onction populaire. Le sous-préfet avait pourtant dans son mot introductif  indiqué ceci : « Nous sommes là pour nous entendre et pour faire en sorte que le village d’Ano sorte de la léthargie dans  laquelle il est plongé. Mais qu’est ce qu’une consultation populaire? Une consultation populaire est une étape importante dans la nomination d’un chef.  Lorsqu’un choix est porté sur un chef, l’administration vient sur le terrain pour consulter la population avant la délivrance de l’arrêté de nomination ». Et de préciser : « la présente consultation se fait sur la base du rapport de médiation du président du conseil régional de l’Agnéby-Tiassa. Lequel rapport indique que  c’est AlloBoussé qui est le choix du village. Je viens donc m’assurer auprès des trois chefs des trois grandes familles d’Ano, du chef intérimaire, du président des jeunes,  du président des femmes et du président des cadres s’ils sont d’accord ou pas avec ce rapport »

  • Le Sous-préfet promet la transmission de la décision à sa hiérarchie

Après ces précisions, les personnes suscitées sont passés tour à tour, dans une atmosphère tendue pour approuver ou désapprouver le rapport. Sur les sept personnes appelées à se prononcer, 4 ont contesté les conclusions du rapport. «J’ai pris bonne note de vos avis, je rendrai compte à mon supérieur hiérarchique», a conclu le sous-préfet Ismaël Samassi.

Faut il le rappeler, la crise de chefferie d’Ano s’est ouverte avec le décès de l’ex-chef N’Tapké Assandé le 9 septembre 2014. Dès sa mort, un chef intérimaire a été désigné. Courant 2015, à l’insu d’un conclave, Amonchi N’guessan avait été élu face à M. Allo Boussé qui a Contesté ces résultats. Il s’en est suivi une série de réunions qui n’ont jamais permis d’aboutir à un consensus. D’où la médiation du président du conseil régional,  M. N’Bollo Martin qui a remis, récemment le produit au Préfet d’Agboville. Le rejet du rapport de médiation du président du Conseil régional n’a pas véritablement surpris les observateurs avisés de cette crise. En attendant donc la transmission du rapport du Sous-préfet au Préfet de région qui doit désormais  trancher sur ce sujet, Allo Boussé ne peut donc pas être investi comme chef du village d’Ano.

Bien avant, le résultat auquel est parvenu le Sous-préfet,  il convient de  noter que la consultation population a donné lieu à une ambiance festive où les partisans des deux prétendants à la chefferie se sont livrés à un véritable tapage dans les rues du village. Scandant le nom de leur candidat. La consultation populaire qui a mobilisé du monde, notamment les cadres et la notabilité a été sécurisée par la gendarmerie et une demi-douzaine  d’éléments des Frci.

Dalima Dahoué

Envoyé spécial

Articles connexes

Leave a comment