Une vue des producteurs de cacao à Yamoussoukro

Yamoussoukro- La crise qui secoue la filière café-cacao depuis trois mois, en lien avec la baisse du cours du cacao à la bourse de Londres ne laisse pas indifférents les premiers acteurs du secteur. Pendant que certains expriment leur colère à travers des manifestations, d’autres ont choisi la voix du dialogue et de la conciliation. C’est le cas d’une centaine de responsables des organisations de producteurs de café- cacao. Réunis à Yamoussoukro, samedi 25 mars, ces derniers ont produit une déclaration dans laquelle, ils ont appelé leurs camarades au clame. Rappelant à leur attention les bénéfices et progrès que le secteur a connus ces quatre dernière années du fait de la reforme initiée par le gouvernement. «Nous rappelons que la reforme initiée ces quatre dernière années, sous la gestion du Conseil café cacao, a permis aux producteurs de bénéficier de meilleurs prix allant de 725f le kg à 1100f cette année. Ce qui représente 60% du prix Caf», dira le porte-parole de ces producteurs, M. Kouamé Kouassi Bernard. Et de poursuive : « malgré la triste situation de cette année, nous voudrions exprimer notre reconnaissance au gouvernement et au Conseil café –cacao pour les efforts consentis en cette période sensible». Ce dernier a, par ailleurs, expliqué que la situation que traverse la filière café cacao présentement est liée au cours du cacao à l’international. « Cette baisse a eu un impact négatif sur la commercialisation. Mais nous devront faire confiance au chef de l’Etat, au gouvernement et au Conseil d’administration du Conseil Café-cacao en les encourageant à poursuivre les efforts d’amélioration du bien-être des producteurs», a-t-il conclu. Le président du comité d’organisation de cette réunion de concertation, Moussa Sawadogo, par ailleurs président de la coopération scinpa s’est, quant à lui, réjoui de la grande mobilisation de ses camarades pour la cause des producteurs.

Jean François Fall

Envoyé Spécial