PUBLICITE


@Informateur.info- 24 heures après son discours face à la presse, dans lequel, il a dézingué le fondateur du front populaire (FPI), Laurent Gbagbo, Affi N’guessan, président du FPI reconnu par le pouvoir d’Abidjan, a été lâché par la secrétaire Agnès Monnet, par ailleurs PCA de la Refondation-SA. 

Dans une note rendue publique le dimanche 24 mars denier, Agnès Monnet, secrétaire et porte-parole, a rendu sa démission du secrétariat du FPI dirigé par Pascal Affi N’guessan. Désappointée par une crise de leadership, exacerbée par les déclarations d’Affi, «Après l’acquittement de notre leader suivi de sa libération, le 1er février dernier, nous nous sommes convaincus que l’heure de l’unité autour du président Laurent Gbagbo avait sonné comme tu l’as laissé entendre toi-même dans tes précédentes déclarations», a-t-elle écrit. Et d’ajouter : «C’est fort de cette conviction et de l’immense espoir suscité par sa libération que je me suis engagée auprès du président Laurent Gbagbo de tout mettre en œuvre pour favoriser l’unité au sein du parti ». Très déçue, Agnès Monnet a fustigé l’attitude de son ex-patron, en ces termes, «Malheureusement, camarade, à l’analyse des différents communiqués rendus publics après ton séjour à Paris, je ne puis que faire le constat douloureux de l’échec de cette initiative mienne. En plus, ta dernière conférence de presse subséquente vient compliquer le tableau en jetant la suspicion sur ma démarche». Par voie de conséquence,  «je te rends ma démission irrévocable de mettre fin à mes fonctions de secrétaire générale et porte-parole du FPI que tu diriges. Cette décision emporte tout naturellement les charges connexes de Pca de la Refondation-SA», a-t-elle décidée.

Yannick KOBO

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment