PUBLICITE


Comme prévu, le procès de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de son ancien ministre Charles Blé Goudé a repris ce lundi 1er octobre 2018 à La Haye, siège de la Cour pénale internationale (CPI).

Pendant cinq jours, les différentes parties vont croiser leurs arguments autour d’une question clé : la demande de non-lieu formulée par les équipes de l’ex-chef d’Etat. En clair, au terme des différents exposés, les juges devront prendre une décision importante : Soit prononcer un non-lieu soit demander la poursuite du procès.

Dans le second cas, ce sera au tour de la Défense de préparer ses témoins. Dans le camp de Laurent Gbagbo, on se veut optimiste quant à une libération du fondateur du Front populaire ivoirien (FPI). Les partisans de Laurent Gbagbo estiment que l’accusation n’est pas parvenue à prouver que l’ancien président s’est rendu coupable de crimes contre l’Humanité.

Son de cloche différent dans le camp de Fatou Bensouda. La procureure estime avoir suffisamment d’arguments pour justifier la poursuite du procès. Réponse dans quelques jours. Pour l’heure, c’est l’accusation emmenée par Eric Mc Donald qui a entamé son exposé ce matin.

Abraham KOUASSI

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment