@Informateur.info- En liberté sous conditions en Belgique, l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, acquitté le 15 janvier 2019 par la Cour pénale internationale (CPI) souhaite bénéficier d’une liberté sans conditions.

En octobre 2019, les avocats de l’ancien président ivoirien ont introduit une requête afin que la Chambre d’appel lève les conditions de cette liberté. Autorisée par la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale a livré ses observations sur cette requête, l’Etat de Côte d’Ivoire s’est opposé à une liberté sans conditions de Laurent Gbagbo.

« Dans l’intérêt d’une bonne administration de la justice, il faut s’assurer que la décision sur la liberté ne compromette pas l’appel interjeté contre l’acquittement. En effet une mise en liberté totale, sans conditions, ne devrait être envisagée que si Monsieur Gbagbo présente de solides garanties de représentation. Or, tel n’est pas le cas en l’espèce puisque le comportement de monsieur Gbagbo est imprévisible », ont fait savoir les avocats dans un communiqué de 12 pages.

« La République de Côte d’Ivoire estime que la décision du 1″ février 2019 rendue par la Chambre d’appel a réduit la liberté d’aller et venir de Monsieur Gbagbo au strict nécessaire pour garantir sa représentation devant la justice, ainsi que la sécurité de tous, y compris la sienne. Elle est ainsi juste, équilibrée et proportionnée », poursuivent les avocats.

Pour rappel, c’est en février prochain qu’une audience pour statuer sur cette requête de la défense est prévue. La Chambre a déjà reçu les observations du Bureau du Procureur qui s’y est opposé.

Abraham KOUASSI