Il y a de cela quelques jours, le média français Médiapart, faisait une révélation troublante  sur un scandale de corruption à la CPI.

En effet, ce journal en ligne avait révélé à partir de documents secrets de la Cour pénale internationale (CPI), dont il a obtenu une copie, un scandale de corruption dans lequel était trempé l’ex-procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo.

Suite à la publication de cette affaire, l’actuelle procureure de la CPI, Fatou Bensouda, avait pris ses distances avec son ancien patron Ocampo, clamant n’ayant été ni de près, ni de loin impliquée dans ce scandale. Donnant pour preuve qu’elle n’était plus en contact avec lui, depuis son départ de la CPI en 2012.

Mais,  la Gambienne  sera  prise en flagrant délit de  «contrevérité» par son propre courrier électronique adressé à celui par qui le scandale est arrivé, à savoir Luis Moreno Ocampo.

Le 4 septembre 2013, la procureure a pu joindre Ocampo par ce courriel : « Cher Luis, j’espère que tu vas bien. Je suis préoccupée par les cas du Kenya en général. Rien de nouveau ne se passe en dehors du fait que nous nous préparons pour le procès pour le 10 septembre. La défense nous accuse de cette grande conspiration par nous et les diplomates pour emmener des témoins à mentir. Ils menacent des procédures de l’Article 70.Quoi qu’il en soit, nous avons affaire à tout cela. Sur l’autre front que nous avons discuté, si nous pouvons parler, je vais vous mettre à jour ». Et son ancien patron de répondre : «J’apprécie cela. Merci».

Cette autre révélation montre bel et bien, que l’ancien et l’actuelle procureure sont restés en contact et pourraient avoir été complices dans cette affaire de corruption qui éclabousse la Cour pénale internationale.

Yannick Kobo

 

Articles connexes

Leave a comment