@Informateur.info- Je m’adresse à vous chers Ministres en tant qu’Ivoiriens donc libres de s’exprimer surtout lorsqu’un danger nous guette tous. Je ne parle pas au nom de l’Eglise catholique de Côte d’Ivoire parce que dans l’Eglise catholique ce sont les évêques qui parlent au nom de la communauté chrétienne locale. Juste pour ne pas créer de confusion. Je parle en mon nom personnel face aux relâchements constatés au niveau de la lutte contre le COVID 19. Je pense que sur cette question, chacun peut apporter sa petite pierre parce que la maladie concerne tout le monde.

Au début du COVID, sous l’autorité du chef de l’Etat, vous avez pris des mesures pour combattre la maladie. Au moment où nous étions à moins de 200 cas, vous avez mis en place une stratégie de lutte. J’ai été parmi ceux qui ont félicité le gouvernement face aux détracteurs. Dans un de mes articles, j’ai même affirmé qu’il faut comprendre certaines erreurs dans cette lutte parce que même les grands Etats ne trouvent pas encore la stratégie fiable pour combattre le COVID. Oui à 200 cas déjà on a fermé les églises, les mosquées, les maquis, restaurants, vous avez confiné la ville d’Abidjan et décrété un couvre-feu. Les chrétiens ont passé leur semaine sainte confinés ainsi que les musulmans qui n’ont pas pu sanctifier convenablement leur jeûne de Ramadan. Là aussi j’ai été celui qui a soutenu ces mesures face à des chrétiens qui se posaient des questions et face à mes amis musulmans qui s’interrogeaient.

Avec les mesures drastiques, il y a des Ivoiriens qui ont perdu leur emploi, les artistes qui n’arrivent pas à avoir un petit gain, les commerçants ne se retrouvent pas financièrement. Mais face aux plaintes, on utilisait l’argument selon lequel, le gouvernement veille sur la santé des Ivoiriens, donc tout le monde est invité à le comprendre. Chaque jour dans le journal télévisé, les responsables du ministère de l’intérieur nous font les points avec des tons graves, des centaines de voiture mises en fourrière, des interventions salutaires pour sauver telle ou telle personne. Une artiste ivoirienne appelée Emma Lohoues a même été sanctionnée parce que poussée par la joie, elle a fêté son anniversaire avec plus d’une quinzaine de personnes. Là aussi nous étions tous contents. On voyait le Préfet d’Abidjan descendre dans les rues pour mettre de l’ordre, ce que nous apprécions tous, surtout le Préfet d’Abidjan qui est un homme qui donne un exemple sur le sens de l’amour du travail, ce qui manque aujourd’hui.

Chers Ministres, aujourd’hui nous sommes à plus de 13000 cas. Malheureusement la trajectoire du combat contre le COVID semble s’estompée au moment où la courbe de contaminations monte. En effet, aujourd’hui on constate qu’un groupement Politique, le RHDP ne respecte plus vos mesures.

Les militants de ce groupement et leurs responsables organisent des marches, des manifestations sans distanciation sociale. Plus de 1000 personnes se réunissent sans respecter les règles et personne ne réagit. La maladie du COVID a-t-elle été éradiquée ? Le virus ne circule-t-il plus ? Votre slogan « c’est l’homme qui fait circuler le virus » n’a plus de sens lorsque le RHDP se réunit ? Si les chrétiens ou les musulmans se rassemblent pour prier sans tenir compte du nombre et de la distanciation sociale pouvez-vous les condamner ? Quel décret vous utiliserez pour condamner un artiste qui organise un concert ? Quel est le sens de votre lutte aujourd’hui ? Votre combat concerne-t-il seulement une catégorie d’Ivoiriens ? Ou bien, les militants du RHDP ont-ils une protection spéciale face au COVID?

Messieurs les Ministres, je pense que face à la course au pouvoir, vous fermez les yeux sur beaucoup de choses. Oui en Afrique, quand il est question du pouvoir on oublie souvent la dignité de l’homme, c’est le pouvoir d’abord, c’est la politique d’abord. Nous venons de voir que la politique prend le pas sur les prières dans les églises, temples et mosquées, la politique est plus importante que la santé des Ivoiriens. Mais juste vous rappelez que les manifestations du groupement RHDP mettent la vie de millions d’Ivoiriens en danger. Il y a une atteinte à la sécurité des Ivoiriens.

Voilà pourquoi je vous invite à reprendre le bâton de commandement pour remettre de l’ordre parce que nous sommes tous égaux devant la loi. N’oubliez pas que des Ivoiriens qui perdent des parents peuvent porter plainte contre l’Etat de Côte d’Ivoire et les responsables du RHDP pour non-respect des mesures de lutte contre la maladie et pour atteinte à leur sécurité.

La maladie du COVID ne choisit pas de camp et de militants. Tout le monde est exposé à travers ces actes que posent les militants RHDP à l’invitation de leurs responsables. J’aimerais rappeler à tous que c’est l’homme vivant qui devient président, c’est l’homme vivant qui devient ministre, c’est l’homme vivant qui vote.

Sauvons-nous donc vivant

Père Marius Hervé Djadji

Contact: lajoiedeprier.nguessan@yahoo.fr