@Informateur.info- Porquet Romain, le chef de protocole du président du PDCI RDA,  Henri Konan Bédié, a été condamné vendredi à 6 mois de prison avec sursis et 500 mille FCFA d’amende par le tribunal d’Abidjan pour ‘’non-respect de mesures barrières et mise en danger d’autrui’’.
 
Selon les témoignages de diverses sources recoupées, les faits remontent au mercredi 22 avril quand pour son anniversaire, Mme Déborah Kouadio, l’Assistante de Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire Exécutif du PDCI a invité, à déjeuner à sa résidence, Porquet Romain et 10 autres personnes, toutes des parents. Soit 12 personnes réparties sur 4 tables de trois convives chacune pour respecter la mesure de distanciation d’un mètre.
 
Alors que ce petit monde s’attablait, des éléments de police du 35è Arrondissement, alertés par le voisinage sur une prétendue fête grandiose, débarquent sur les lieux. ‘’Nous sommes surpris que vos voisins nous appellent pour un repas familial assimilé  à une fête’’, ont déclaré les policiers qui auraient constaté  d’eux-mêmes les dispositions sécuritaires  et sanitaires prises par Dame Déborah Kouadio. Mais pour l’usage, ils demandent à l’organisatrice de venir au poste pour une déposition.
 
‘’ C’est ainsi que Boni Michel, Chef de la sécurité de M. Guikahué et frère ainé de Deborah s’est porté volontaire. Au bout d’une heure, ne voyant pas Boni, sa sœur Deborah s’y rend sans revenir aussi. Plus tard, Georgette Bouaffon et Porquet Romain ne comprenant rien à ce qui leur arrive, se rendent également au Commissariat’’, explique une source.  Selon elle, les quatre personnes ont été gardées ‘’pour n’avoir pas porté de masque ou cache-nez’’ jusque dans la soirée et libérées après leur déposition avec injonction de revenir le lendemain jeudi pour ‘’certifier les différentes dépositions’’.
 
En lieu et place de ‘’certifier’’ leurs dépositions de la veille, ‘’on leur a signifié que leur dossier a été transmis au Parquet où ils doivent se rendre le vendredi’’, ajoute une seconde source. Ce vendredi, donc, Porquet Romain, Boni Michel, Deborah Kouadio et Georgette ‘’ ont été inculpés, jugés et condamnés à 6 mois de prison avec sursis et 500 mille francs d’amende chacun’’ pour des faits de ‘’non- respect de mesures barrières et mise en danger d’autrui’’, s’accordent les différents témoignages.
 
Après Emma Lohouès, et Le Molare, le non-respect des mesures barrières ont fait d’autres victimes dans la lutte contre la progression du Covid-19 dans le pays qui enregistre, à ce jour, 1077 cas confirmés dont 419 guéris et 14 décès.
 
Geneviève MADINA