@Informateur.info- Le Chef de file de l’Opposition politique (CFOP) au Burkina a proposé, mardi, dans une conférence de presse à Ouagadougou,  la levée du  couvre-feu instauré sur l’ensemble du territoire national depuis le 21 mars dans le cadre de la lutte contre la propagation de la maladie à coronavirus (Covid-19).

Selon Me Gilbert Noël Ouédraogo, Président de l’ADF / RDA et Abdoulaye Arba, Président du PMP, qui ont entretenu la presse sur divers sujets de l’actualité socio-politique burkinabé, au nom de l’Opposition  politique,  il se pose “des questions sur l’utilité actuelle” de la mesure.

Ils ont expliqué qu’au regard de “la reprise des transports de personnes et certains longs trajets sont perturbés par le couvre-feu, de la réouverture  des débits de boissons et des restaurants  et la plupart de ces établissements rentabilisent la nuit, de l’instauration du port obligatoire de masques, des sociétés (comme les entreprises de médias) qui continuent de fonctionner la nuit, subissent des préjudices”, la tendance est à une amélioration de la situation, même s’il ne faut pas baisser la garde. 

“De ce fait, l’Opposition propose une levée du couvre-feu, pour permettre non seulement aux entreprises de se refaire une santé après la crise, mais aussi aux citoyens de souffler après que leur liberté ait été exceptionnellement réduite pour endiguer la propagation de la pandémie”, ont émis les animateurs de la conférence. 

Citant le don de matériels de lutte contre la pandémie fait par la cellule MPP ( parti au pouvoir) du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement, l’Opposition politique a dénoncé “une politisation à outrance de l’Administration publique par le MPP”. 

“Cette politisation est d’ailleurs un frein à l’efficacité, à la cohésion et la neutralité de notre Administration. Elle est source de nominations par copinage, de laisser-faire et de corruption dans la Fonction publique”, ont relevé MM. Gilbert Noël Ouédraogo et Abdoulaye Arba, demandant “le démantèlement de toutes les cellules MPP illégalement installés” dans les ministères et autres structures étatiques. 

L’Opposition politique a, également, appelé les syndicats des différents ministères et institutions à dénoncer ces cellules qui “n’ont pas de raison d’être dans une Administration au service exclusif des citoyens”.

Depuis le 21 mars 2020, un couvre-feu a été instauré sur l’ensemble du territoire burkinabé dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Initialement en vigueur de 19 heures à 5 heures, le couvre-feu a été réaménagé le 17 avril et va désormais de 21 heures à 4 heures. 

Geneviève MADINA