@Informateur.info- «La lutte est avant tout une affaire de moyens, de gros moyens. C’est pourquoi, nous devons mutualiser les efforts pour être à la hauteur des moyens mobilisés par l’Etat ». Ces propos de gratitude la cheffe du service Soins et Soutien du Pnls à l’endroit du président de la République, Alassane Ouattara, pour avoir alloué un appui budgétaire de 21 milliards Fcfa sur la période de 2018-2020 dans un contexte international de réduction de la contribution des bailleurs extérieurs pour le financement de la lutte contre le Sida en Côte d’Ivoire, se confirment à travers les fonds mobilisés pour les activités en 2019. Sur cette année, c’est une enveloppe budgétaire de plus de 9 milliards Fcfa soit exactement 9.022.772.000 Fcfa qui a été mobilisée et investie. Et ce, pour financer le plan d’approvisionnement des médicaments et intrants de laboratoires.

En 2015, l’enveloppe consacrée était de plus de 3 milliards (3.461.997.000) Fcfa. Si l’enveloppe a connu une hausse depuis lors jusqu’à l’exercice 2019, le budget connait néanmoins une baisse par rapport à 2018, malgré la contribution exceptionnelle sur 3 ans du gouvernement ivoirien de 21 milliards f cfa. Sur cette période, l’allocation/dépenses était chiffré à plus de 11 milliards (11.314.372.992) Fcfa. «En réponse à la problématique du financement de la lutte, on note un accroissement progressif de la contribution de l’Etat à l’achat de médicaments ARV et intrants de 2015 à 2019 avec un pic à plus de 11 milliards Fcfa en 2018. Les prévisions de 2019 sont de plus de 9 milliards Fcfa. Ce qui fait un total de 20 milliards Fcfa pour les 2 premières années. Nous sommes déjà au-delà de l’engagement pris. Cet effort demande de notre part plus de mobilisation pour des acquis encore plus importants », fait remarquer Dr Hélène Memain.

Dalima DAHOUE