@Informateur.info- Si elle n’a rien d’officiel, l’information circule de plus en plus dans les milieux diplomatiques ainsi qu’au sein de la scène politique. L’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire Guillaume Soro pourrait être mis aux arrêts à son retour au pays. Plusieurs sources sont par ailleurs formelles sur la question et assurent que les autorités ivoiriennes n’entendent pas faire machine arrière.

Pour d’autres acteurs, cette arrestation n’est jusque-là qu’une option à laquelle pense le pouvoir d’Abidjan.

L’ancien Premier ministre de Gbagbo Laurent rentré depuis en opposition avec le RHDP d’Alassane Ouattara séjourne hors du pays depuis plusieurs mois. De l’extérieur, Guillaume Soro n’hésite pas à envoyer des piques à ses ex-alliés.

Selon les informations en notre possession, le candidat déclaré à la présidentielle d’octobre 2020 pourrait voir la justice ivoirienne réactiver contre lui des dossiers concernant notamment des faits d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Maintes fois annoncé de retour en Côte d’Ivoire, Guillaume Soro est toujours hors du pays. Nos informations font état de ce que le retour du natif de Kofiplé dans la région de Ferkessédougou pourrait intervenir dans le même intervalle de temps que l’arrivée d’Emmanuel Macron en Côte d’Ivoire. Le leader du GPS mettrait ainsi la pression sur l’exécutif ivoirien.

Annoncé en Guinée Conakry où il doit prendre part à une cérémonie artistique, Guillaume Soro avait assuré récemment ne pas être en exil. «Je rentrerai à Abidjan», avait-il martelé à ses proches non sans rappeler que la Constitution ivoirienne interdit l’exil.

Steven IBRAHIM