@Informateur.info- Une affaire de casier judiciaire délivré à Laurent Gbagbo, l’ex-président ivoirien en liberté conditionnelle à Bruxelles après son acquittement par la Cour pénale internationale (CPI) a alimenté la chronique, le week-end dernier. Dans un communiqué de presse dont Informateur.info a eu copie, Me Habiba Touré, l’avocat personnel de M.Gbagbo émet des réserves sur ce document administratif.

Alors que le Président Laurent Gbagbo a introduit une demande de passeport, écrit Me Habiba Touré, avec surprise, “le Porte-Parole du Gouvernement, Monsieur Sidi Tiemoko Touré, au sortir du Conseil des Ministres, a dévoilé qu’il nous serait également remis un casier judiciaire et un certificat de nationalité”.

“En effet, il a été remis un casier judiciaire à Michel Gbagbo qui, à notre fort étonnement, présente une condamnation qui serait intervenue le 29 octobre 2019 à l’encontre du Président Gbagbo, et pour laquelle il n’a pourtant reçu ni convocation, ni décision judiciaire”, dénonce l’Avocat personnel de l’ancien chef de l’État ivoirien. .

A l’examen de ce casier judiciaire, poursuit-elle, “il apparaît que ce document a été établi, au lendemain du Conseil des Ministres, c’est à dire le 30 juillet 2020, soit 2 jours après la demande de passeport ordinaire introduite par le Président Gbagbo, et cela dans la précipitation tant il est truffé d’erreurs”, relève Me Habiba.

“Jamais le Président Gbagbo n’a pensé qu’une simple demande de passeport, document auquel tout citoyen ivoirien a droit, aurait entraîné autant de réactions incompréhensibles et infondées, de la part des autorités ivoiriennes, et ce par l’intermédiaire de la CEI et des autorités judiciaires”, s’insurge l’Avocat, rappelant que “quels que soient les désagréments qu’on lui cause, le Président Gbagbo entend rentrer chez lui et se veut rassurant”.

Le Président Gbagbo, selon son Avocat, “tient à rappeler aux autorités ivoiriennes que son retour en Côte d’Ivoire et l’exercice démocratique de son droit de vote s’inscrivent dans un esprit de réconciliation qui ne devrait pas les inquiéter”, conclut le communiqué.

Geneviève MADINA