@Informateur.info- L’arrimage Couverture maladie universelle (CMU)/MUGEFCI (Mutuelle générale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire) continue d’opposer la Plateforme nationale des syndicats de la Fonction publique et le gouvernement ivoirien avec des jours sombres en perspectives.

De fait, à l’issue d’une session extraordinaire, le mercredi 27 novembre 2019, la Plateforme nationale a annoncé des mesures afin de protester contre l’arrimage CMU/MUGEF-CI entré en vigueur depuis le 18 octobre 2019. Prenant, donc, la pleine mesure de la situation à l’issue de la consultation des fonctionnaires dans les régions, la Plateforme appelle à ‘’ l’organisation d’une journée nationale de protestation, le mercredi 04 décembre 2019 sur toute l’étendue du territoire national ‘’, informe un communiqué du Président Théodore Gnagna Zadi, transmis, jeudi, à Informateur.info.

Par cette action, les fonctionnaires ivoiriens et leur famille dans le désarroi, abandonnés à leur sort et obligés de payer les médicaments aux coûts réels, malgré leurs cotisations pourtant perçues par les deux structures arrimées, entendent exiger ‘’la suspension de l’arrimage CMU/MUGEF-CI mal ficelé, et donc source de souffrances pour les fonctionnaires et leur famille, l’arrêt sans délai de l’imposition insidieuse de la carte dite intelligente par les responsables de la MUGEF-CI aux fonctionnaires’’, explique M. Zadi.

Auparavant, le communiqué dénonce le fait que ‘’ la CNAM et la MUGEF-CI se rejettent mutuellement les responsabilités’’, constate, également, que ‘’la MUGEF-CI, plutôt que d’œuvrer à la recherche d’une solution devant aider les fonctionnaires, au regard de la part patronale, profite de leur détresse pour vendre une carte dite intelligente, instituant ainsi une discrimination entre les mutualistes’’.

Un décret du 22 mars 2017 institue, en Côte d’Ivoire, le régime complémentaire obligatoire au régime général de base de la couverture maladie universelle en faveur des fonctionnaires et agents de l’État.

Geneviève MADINA