Le projet de solutions numériques pour le désenclavement des zones rurales et l’e-Agriculture démarre en Août prochain dans les dix régions concernées. L’annonce a été faite par le directeur de cabinet du ministère de la communication, de l’économie numérique et de la poste, André Apété au cours d’un atelier de validation des études préparatoires du projet.
Utiliser les Tic pour apporter aux communautés rurales vulnérables, aux jeunes agriculteurs et aux femmes, des solutions numériques pour le développement. Tel est l’objectif que vise l’atelier ouvert ce mercredi 30 mai à Yamoussoukro sur la validation des études préparatoires du projet intitulé. « Solutions numériques pour le désenclavement des zones rurales et l’E-Agriculture. Un atelier qui, selon le coordonnateur du projet, Danon Henri, va contribuer à résoudre les différentes difficultés des acteurs du monde rural en général, et des petits producteurs agricoles en particulier. Par l’augmentation de leurs revenus et en offrant aux jeunes puis aux femmes, de nouvelles opportunités d’emplois en renforçant la résilience des communautés. Les cibles visées sont les femmes, les jeunes producteurs agricoles, les organisations professionnelles agricoles (OPA), les structures déconcentrées de l’administration et celles sous tutelle de l’ANADER (CNRA, FIRCA, CNA, OCPV, SDEFOR.) Ce projet a pour principales composantes, la connectivité rurale par le désenclavement numérique des zones rurales, e-services aux agriculteurs par la création des plateformes électroniques, sites web, intranet, application, logiciels, équipements Tic formation. La réhabilitation des routes et la gestion du projet. Pour la première phase, dix régions sont concernées. Le Poro (Korhogo), Tchologo (Ferkessédougou), la Bagoué (Bondiali), le Kabadogou (Odienné), le Folon (Minignan), le Bounkani (Bouna), le Haut-Sassandra (Daloa), la Marahoué (Bouaflé), le Gôh (Gagnoa) et Lodjiboua (Divo). Les produits agricoles concernés sont « le Riz, le maïs, le manioc, l’igname, la banane plantin, la volaille, les Maraîchères, et le karité». A cet effet, des études ont été réalisées sur le document de stratégie nationale depuis 2012, sur la priorisation des projets du DSN en 2013, l’opérationnalisation du programme e-Agriculture en 2014, les cahiers de charges du programme e-Agriculture en 2015, l’étude économique et de recherche de financement en 2016 et enfin, les études réalisées pour la préparation du projet actuel. A propos de l’état d’avancement, le coordonnateur du projet Danon Henri a fait savoir que neuf réalisations ont été faites. A savoir entre autres, la formulation d’une requête de financement auprès de la Banque mondiale, la réalisation d’une mission d’information et de sensibilisation de la partie ivoirienne dans les zones de projet, la négociation entre le gouvernement et la Banque mondiale…
Le directeur de Cabinet du ministre de la communication, des Tic et de la poste, André Appété, a précisé que le conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé le projet le vendredi 25 mai dernier. A cet effet, 35 millions de dollars ont été octroyés à la Côte d’Ivoire soit 35 milliards de FCFA. Le projet démarre effectivement en Août 2018 prochain.

Armand Koffi
Correspondant Régional