Le 1er ministre Gon Coulibaly

@Informateur.info- Au lendemain de sa conférence de presse, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly occupe la Une des journaux quotidiens ivoiriens parus, vendredi, sur l’ensemble du territoire national.

Selon Fraternité-Matin, ” Gon Coulibaly en appelle à la responsabilité de chacun” pour la présidentielle 2020. Le Premier ministre explique au média d’Etat “comment le gouvernement fait baisser la pauvreté’’.

Sur huit ans, rappelle le chef du gouvernement dans les colonnes de l’Intelligent d’Abidjan, ‘’le nombre d’abonnés à l’électricité est supérieur à ce que nous avons eu depuis’’. Et le Jour Plus de préciser que ‘’Ouattara a électrifié 3.041 localités en 8 ans contre

2818 localités en 51 ans’’, citant Gon Coulibaly.

Pour Le Matin, ‘’Gon dévoile les succès qui hantent l’opposition’’. Ce qui fait dire à Le Rassemblement que ‘’Amadou Gon tient le bon gouvernail’’ en mettant en exergue ‘’un grand oral bien articulé’’. D’où le satisfécit de L’Expression selon qui ‘’Amadou Gon surclasse le débat’’. Plus euphorique, Le Patriote renchérit pour dire ‘’AGC convaincant !’’ avec ‘’un bilan économique de tous les records’’.

‘’Nous sommes dans une dynamique extraordinaire’’, soutient Gon Coulibaly dans les colonnes de Le Mandat. Le Quotidien d’Abidjan n’entend pas les choses de cette oreille. Pour ce journal, ‘’Amadou Gon s’explique sans convaincre’’ et Générations Nouvelles d’insister que ‘’Amadou Gon aggrave les souffrances des Ivoiriens’’ quoiqu’il ‘’se vide’’, complète Soir Info.

Pour Aujourd’hui, le Premier ministre ‘’se justifie maladroitement’’ sur les désaccords autour du Code électoral. Ce qui fait écrire à Le Temps que ‘’Amadou Gon donne raison à l’opposition’’ en annonçant ‘’un projet de loi sur le code électoral’’ malgré l’échec du dialogue politique, ajoute Notre Voie.

La presse locale annonce, également, le limogeage de Kamara Ibrahim, le sélectionneur des Eléphants de Côte d’Ivoire et donne des échos de l’ouverture officielle des discussions entre les deux tendances du Front populaire ivoirien (FPI).

Geneviève MADINA