@Informateur.info- Le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp, au pouvoir) est en colère contre Simone Gbagbo, 2è Vice-présidente du FPI Gor (Gbagbo ou rien), coupable, selon le parti présidentiel, de ” propos choquants, outrageants, méprisants, et teintés de xénophobie, de haine”. Ci-dessous, l’intégralité du communiqué signé du Porte-parole principal du Rhdp, Kobenan Kouassi Adjoumani, Ministre d’État, ministre de l’Agriculture et du Développement rural.

“La rivière a encore débordé de son lit, hélas !

Mme Simone Gbagbo voudrait torpiller les initiatives tendant à faciliter le retour annoncé de M. Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire et porter un coup fatal aux efforts de normalisation et d’apaisement du climat socio-politique entrepris par le Gouvernement sous la haute égide de SEM Alassane Ouattara, Président de la République, qu’elle ne s’y prendrait pas autrement.

En effet, profitant d’une tribune à elle offerte par des associations et mouvements politiques proches du FPI tendance GOR, Mme Simone Gbagbo s’est illustrée à travers des propos fort choquants, outrageants et méprisants. Des propos teintés de xénophobie, de haine et de mépris à l’endroit de ceux qui, selon elle, se seraient rendus coupables de « la déportation » de l’ex-Président à la CPI.

Pour l’épouse de l’ancien Président de la République, « des gens, des étrangers ont décidé qu’ils avaient le droit de prendre les fils de Côte d’Ivoire et les déporter ailleurs ».

Que cache la virulence de tels propos au moment où le Président Alassane Ouattara ne cesse de multiplier les actes d’apaisement en vue de favoriser et même d’accélérer le processus de réconciliation nationale ?

Que cache cette provocation de Mme Simone Gbagbo au moment où les porte-voix officiels de M. Laurent Gbagbo ont décidé de fermer la parenthèse des invectives et des attaques gratuites pour s’inscrire résolument dans la voie d’un dialogue apaisé, constructif et responsable avec le Gouvernement ?

Pour qui et pour quelle chapelle en définitive prêche Mme Simone Gbagbo qui s’échine à ressusciter le monstre hideux de la xénophobie dans une Côte d’Ivoire qui cherche à rassembler toutes ses filles et tous ses fils ?

Mme Simone Gbagbo aurait-elle intérêt, pour des motifs particuliers strictement personnels, à vouloir freiner le processus du retour de M. Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire ?

Une épouse qui prétend attendre avec impatience le retour de son époux après dix ans d’absence peut-elle raisonnablement choisir le moment où celui-ci apprête ses valises pour regagner son pays, pour ouvrir les hostilités avec les autorités qui justement s’attèlent à mettre tout en œuvre pour l’heureux aboutissement de ce processus ?

Simple question de bon sens.

Manifestement, pour le RHDP, cette énième provocation de Mme Simone Gbagbo n’est pas seulement de trop, elle est aussi et surtout suspecte. C’est comme si le retour de M. Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire annonçait d’autres orages internes au sein de sa propre famille politique.

En tout état de cause, le RHDP qui a décidé de s’inscrire résolument dans la voie de la paix et de la réconciliation nationale ne souhaite s’attarder sur ces assauts répétés contre le processus d’apaisement en cours.

Le RHDP invite par conséquent tous les acteurs politiques de tout bord qui n’ont pas encore compris que le temps de la paix est véritablement arrivé, à faire preuve de dépassement, en abandonnant les discours venimeux qui ont inoculé le poison de la haine, de la méfiance et de la division dans le corps de la société Ivoirienne.

Vivement que Mme Simone Gbagbo comprenne que son rôle dans cette Côte d’Ivoire en quête de réconciliation sur la route de la paix n’est autre que d’être une artisane de paix. A elle qui aime tant se référer à Dieu et aux Saintes Ecritures, nous lui suggérons de lire le livre de l’Ecclésiaste au chapitre 3 dans la Sainte Bible qui nous enseigne qu’« il y a un temps pour la guerre, il y a un temps pour la paix ».

Bonne méditation !

Pour le RHDP

Le Porte-parole principal

Le Ministre d’État

Kobenan Kouassi Adjoumani