@Informateur-Le jeudi 28 novembre 2019, a eu lieu dans la salle de réunion du Cabinet du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique (MSHP) au Plateau, l’atelier de lancement du projet PHISICC (Paper-based Health Information System in Comprehensive Care).

Axé sur le système d’information sanitaire basé sur support papier en matière de soin complet, le projet PHISICC est un projet de recherche pluriannuel, multi-pays et à méthodes mixtes qui vise à optimiser les systèmes d’information sanitaire sur support papier pour améliorer la qualité et l’utilisation des données, améliorer la prise de décision et les résultats de santé, au niveau des soins de santé primaires dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Les pays concernés par le projet sont la Côte d’Ivoire, le Mozambique et le Nigeria.

Organisé dans l’objectif de présenter le projet aux parties prenantes pour le lancement de la cinquième étape de travail (PHISICC5), l’objectif de PHISICC dans la pratique, est d’estimer les effets d’un SIS sur support papier, élaboré à l’aide d’une approche de Conception Centrée sur l’Homme sur divers indicateurs liés à la qualité et à l’utilisation des données pour la prise de décision, aux indicateurs de santé, aux perceptions des agents de santé et des patients.

Ce projet réalisé dans des zones sélectionnées en Côte d’Ivoire, au Mozambique et au Nigeria, est piloté conjointement par le Swiss TPH et le CSRS, en collaboration avec le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique de Côte d’Ivoire. Selon l’investigatrice principale du projet en Côte d’Ivoire, Dr Salimata Berté, par ailleurs, chercheure associée au Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS), cette cinquième étape va se dérouler en trois étapes. Il sera question d’abord de faire la cartographie des centres de santé ruraux de trois régions notamment la région des Grands Ponts, de la Mé et l’Agnéby-Tiassa. Ensuite une enquête ménage sera faite dans les différents villages rattachés à ces centres de santé. Et un échantillonnage de 70 centres de santé qui seront divisé en deux groupes (35 centres de santé pour chaque groupe). L’un de ces groupes recevra par la suite des outils confectionnés.

Abraham KOUASSI