@Informateur.info- Ce sont des propos qui ne vont sans doute pas plaire au RHDP. A l’occasion de la rentrée pastorale le samedi 14 novembre 2020, le Cardinal Jean-Pierre Kutwa a durement critiqué le processus qui a abouti à l’élection d’Alassane Ouattara à un troisième mandant jugé anticonstitutionnel. Le guide religieux a notamment fustigé les conditions d’organisation du scrutin.

A l’en croire, l’accent aurait dû être mis sur le respect des lois ainsi que la réconciliation nationale. «En vérité, la réconciliation est plus importante que les élections(…) Voilà pourquoi, il est totalement erroné de penser qu’il suffit d’organiser des élections, d’en déclarer un vainqueur, pour que les cœurs meurtris soient guéris et que la paix s’installe», a souligné Jean-Pierre Kutwa.

Déjà critiqué par les membres du gouvernement avec à leur tête Kobenan Kouassi Adjoumani, le Cardinal a ajouté : «L’un des moyens pour aller à la réconciliation, est le respect des lois que l’on se donne bien plus que les élections. C’est ici que la maxime latine prend tout son sens : Dura lex, sed lex : la loi est dure mais c’est la loi».

Cette pensée invite au respect de la loi même quand elle nous contrarie et va à l’encontre de nos intérêts du moment (…). Des explications des rédacteurs de la Constitution ont été suffisamment abondantes et partagées avec la population. De même, des communications par l’exécutif sur les sites officiels ont été faites pour expliquer la Constitution”, a ajouté le Prélat qui s’est interrogé sur le fait qu’on puisse aller à «des élections dignes de ce nom dans une ambiance perturbée par des récriminations et des malentendus autour des questions fondamentales».

Le Haut dignitaire de l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire a, en outre, invité la classe politique au «dialogue et à la concertation».

Steven IBRAHIM