@Informateur.info- C’est demain lundi 3 mai 2021 que la Société Snedai s’est engagée à délivrer les milliers de cartes consulaires burkinabè en souffrance dans ses machines de production depuis 2019. Et cela en violation totale du délai conventionnel qu’elle a signé avec l’Etat burkinabè.

Cet engagement a été pris, faut-il le rappeler, devant le Consul général du Burkina Faso à Abidjan, Benjamin Nana, qui s’est autosaisi en qualité de facilitateur dans la crise qui oppose depuis quelques mois les délégués consulaires et l’opérateur. Une crise dont la conséquence majeure a été la grève entamée le 19 avril dernier par les délégués.

A(re)lire Enrôlement et délivrance de la Carte consulaire burkinabè : La croix et la bannière

En effet, lors d’une réunion que le Consul général a convoquée, le mercredi 21 avril, pour une discussion franche entre les protagonistes, Snedai a pris l’engagement qu’à la date du 3 mai, ses équipes auront délivré toutes les cartes bloquées. Suite donc à cette promesse, le Consul avait demandé aux délégués de reprendre le travail. Ainsi les délégués ont-ils suspendu la grève le 21 avril après 72 heures d’arrêt de travail.

Que fait-on demain lundi 3 mai 2021 si à l’heure de la fermeture des locaux du Consulat Général les milliers de cartes consulaires en souffrance ne sont pas délivrées aux requérants comme promis? La réponse appartient à chaque ressortissant burkinabè en Côte d’Ivoire.

Jean François FALL