@Informateur.info- Des planteurs de cacao des régions de l’indénié-Djuablin, de la Nawa, de Méagui, de Soubré et d’Agboville veulent marquer leur mécontentement face à la mévente du cacao en boudant le vote des députés prévu le 6 mars prochain en Côte d’Ivoire. De fait, depuis plus de deux mois, le secteur du cacao connait une mévente liée à la pandémie du Covid-19 qui restreint la commercialisation à l’international.

Conséquence, des milliers de planteurs qui espéraient un meilleur revenu en raison de la valorisation du prix bord champ fixé par le président Alassane Ouattara en pleine campagne présidentielle en octobre dernier à 1000 FCFA/kg, ont vite désillusionné. Impossible de vendre  toutes leurs récoltes de la campagne cacaoyère qui sont stockées depuis des mois dans les magasins des coopératives agricoles.

En janvier dernier alors que la situation empirait, des producteurs ont dû hausser le ton à travers des grèves et des conférences de presse pour dénoncer le blocage de la commercialisation du cacao. Mis en cause pour son manque d’inefficacité et d’anticipation sur les crises qui secouent régulièrement le secteur, le Conseil Café Cacao avait préféré débloquer des moyens pour faire la sensibilisation des producteurs plutôt qu’un rachat des stocks en souffrance. Au même moment, des exportateurs ont sollicité en vain auprès du Conseil café cacao des quotas en vue d’acheter le cacao en souffrance. Toute chose qui  fait dire à certains producteurs critiques que le Conseil leur cache des choses.

En effet, en janvier dernier, Seydou Kiébré, membre du syndicat pour le développement et la promotion du secteur agricole de Côte d’Ivoire (Sydeproa-ci) estimait que le fonds de réserve du Conseil qui est de 170 milliards FCFA pouvait servir au rachat du cacao en souffrance et mettre fin au calvaire des paysans. Malheureusement le Conseil n’entend pas cela de cette oreille.

Une chose est sûre, si les activistes qui mènent dans la discrétion la campagne de boycott des élections législatives du 6 mars parviennent à faire passer la consigne à un grand nombre de paysans, plusieurs candidats du pouvoir à l’intérieur pourraient subir un revers. Wait an see!

Charlène ADJOVI